Liste des auteurs

Rémi Barroux | Le Monde le 27.05.2008

35 heures : MM. Thibault et Chérèque mettent en garde le gouvernement

mardi 27 mai 2008 par Rémi Barroux

Les secrétaires généraux de la CGT et de la CFDT, Bernard Thibault et François Chérèque, ne veulent pas d’"adoption en catimini par le Parlement de mesures de déréglementation du temps de travail". Ils ont signé ensemble une déclaration, lundi 26 mai, pour avertir que toute modification de la loi sur le temps de travail serait "inacceptable", si celle-ci se faisait dans le cadre de la loi sur la représentativité syndicale qui doit être présentée par le ministère du travail dans les prochaines semaines. SUR LE MÊME SUJET Télézapping Haro sur les 35 heures et sur le prix du gazole Document La déclaration commune Thibault-Chérèque Chat "L’hyperprésidence a libéré la parole de la droite parlementaire" Edition abonnés Thématique : Les 35 heures en ligne de mire

La remise en cause des 35 heures a été réclamée par le secrétaire général de l’UMP, Patrick Devedjan. Le ministre du travail, Xavier Bertrand, tout en expliquant que la durée légale du travail ne serait pas remise en cause, a essayé de convaincre la CGT et la CFDT d’étendre le champ des dérogations prévues dans la position commune sur les heures supplémentaires. Sans succès.

La déclaration commune prévoit, dans son article 17, que des accords d’entreprise conclus avec des syndicats représentant la majorité du personnel pourraient prévoir "à titre expérimental de dépasser le contingent conventionnel d’heures supplémentaires".

Pour la CGT et la CFDT qui ont signé, avec le Medef et la CGPME, la déclaration commune concluant les discussions sur la réforme de la représentativité, il n’est pas question de voir le résultat de cette négociation pervertie par la question du temps de travail.

"Nous attirons solennellement l’attention du président de la République et de son gouvernement sur les conséquences qu’engendrerait un tel choix politique", écrivent MM. Thibault et Chérèque. Selon les responsables des deux premiers syndicats français, "les velléités de modifier une nouvelle fois la législation sur le temps de travail se multiplient".

Pour M. Thibault, "le temps de travail est devenu un objet d’affrontement entre l’UMP et le gouvernement". "Il n’est pas question de mettre en l’air la réforme de la représentativité qui est pour nous si importante", a expliqué au "Monde" le secrétaire général de la CGT.

Dans La Tribune du 26 mai, son homologue de la CFDT dit la même chose : "Il n’est pas question d’aller au-delà de ce que nous avons signé", insiste M. Chérèque. Et les deux hommes d’avertir : si le gouvernement modifie la réglementation sur le temps de travail sans négociation, "cela ouvrirait pour nos organisations une nouvelle période dans les relations sociales avec les pouvoirs publics".

De son côté, Laurence Parisot a déclaré, vendredi 23 mai sur RTL, qu’"il y a des moments pour faire les choses". La présidente du Medef, qui souhaite que la durée du travail "soit définie entreprise par entreprise", a expliqué que l’important est de mettre en œuvre les aménagements prévus dans la position commune conclue avec la CGT et la CFDT. "On verra plus tard [pour le reste]", a-t-elle ajouté.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !