Liste des auteurs

NOUVELOBS.COM | 08.03.05

8 mars, travail : les inégalités perdurent

mardi 8 mars 2005 par admin
Si le droit des femmes a progressé depuis trente ans, les inégalités face au travail perdurent, indique l’Insee mardi. Les postes de hiérarchie restent l’apanage des hommes tandis que les femmes en font toujours deux fois plus que les hommes à la maison.

La participation des femmes au marché du travail ne cesse d’augmenter depuis 30 ans mais les inégalités hommes-femmes face à l’emploi subsistent et, à la maison, les femmes en font toujours deux fois plus que les hommes, indique une étude de l’Insee publiée mardi 8 mars.

Au travail, en politique ou à la maison, les droits des femmes ont certes progressé, mais bien lentement, constate cette étude de l’Institut national de la Statistique et des Etudes économiques titrée "La parité à pas comptés".

"Même si elles se réduisent, les inégalités face au chômage perdurent", souligne-t-elle. En 1990, le taux de chômage des femmes était de 5 points plus élevé que celui des hommes ; en 2003, l’écart est de 2 points.

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à occuper des emplois temporaires (CDD, stages, emplois aidés, etc). "Elles sont aussi quatre fois plus nombreuses que les hommes dans une situation de sous-emploi, c’est-à-dire à temps partiel en souhaitant travailler davantage", indique l’étude.

Les postes élevés, apanage des hommes

Le secteur tertiaire reste privilégié chez les femmes, l’industrie et le bâtiment restant "à forte dominante masculine".

Les postes de hiérarchie élevée restent l’apanage des hommes : "moins de deux dirigeants sur dix sont des dirigeantes", indique l’Insee et, dans le privé, deux cadres sur trois sont des hommes. L’Etat ne donne guère l’exemple : bien que majoritaires dans la Fonction publique d’Etat (57%), "les femmes sont très peu présentes dans les fonctions d’encadrement et les postes à responsabilités". Fin 2002, elles représentent 13,4% des 3.800 emplois de direction et d’inspection, selon l’étude.

De retour à la maison, le soir après le travail, hommes et femmes ne font pas la même chose... "Le travail domestique et familial continue d’être pris en charge majoritairement par la femme, qu’elle soit active ou inactive", indique l’Insee.

"L’homme passe plus de temps à travailler, étudier, se former, les femmes à effectuer des tâches domestiques", souligne-t-il. En 1999, dernier pointage connu, une femme passait en moyenne 4h36 par jour aux tâches domestiques (ménage, courses, soins aux enfants, jardinage, bricolage) et les hommes 2h13.

En treize ans, les hommes ont augmenté leur temps consacré à ses tâches de...six minutes, celui des femmes diminuant de 31 minutes.

Peu d’élues

Après plus de cinquante ans d’exercice du droit de vote, les femmes sont encore "peu présentes en tant qu’élues" sur la scène politique alors qu’elles constituent 53% de l’électorat en 2004, constate l’Insee.

Aux élections législatives, la part des femmes élues n’était que de 12% en 2001. Au Sénat, elle était de 17% en 2004, grâce notamment à la loi du 6 juin 2000 censée favoriser un égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux.

Les élections à la proportionnelle sont plus favorables aux femmes : en France 44% des élus au Parlement européen sont des femmes, "soit une proportion supérieure de douze points à la moyenne des autres pays", selon l’Insee.

La loi sur la parité politique, qui impose des listes mixtes alternant les candidats hommes et femmes dans les communes de 3.500 habitants ou plus, a eu un impact "important", en particulier pour les conseillers municipaux, souligne l’étude. Dans les conseils régionaux, près de 50% des candidates sont maintenant des candidates. Mais leur part au sein des élus reste inférieure à 30%.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !