Liste des auteurs

une dépèche AFP parue sur lemonde.fr le 13 octobre 2005

A la SNCM, le trafic reprendra vendredi au plus tard

jeudi 13 octobre 2005

u point mort pendant 23 jours de grève, le trafic de la Société nationale Corse-Méditerranée (SNCM), reprendra au plus tard vendredi 14 octobre, selon la compagnie. Toutefois, un départ jeudi soir n’est pas exclu si le nombre de passagers est suffisant. Avant la grève, cinq traversées étaient prévues au départ de Marseille : vers Porto-Vecchio à bord du Paglia-Orba, vers Ajaccio à bord du Monte-Cinto et du Napoléon-Bonaparte, vers L’Ile-Rousse à bord du Monte-d’Oro et vers Bastia à bord du Danielle- Casanova. Pour l’heure, de Nice, aucun départ n’était prévu jeudi soir, selon Thierry Pollet, de la direction du port.

La desserte du Maghreb devrait être rétablie un peu après celle de la Corse, selon un responsable de l’armement. Avant la grève, la SNCM prévoyait sur son site Internet un départ vers la Tunisie le samedi 15 octobre et vers l’Algérie le lundi 18 octobre.

FIOUL, ÉQUIPAGES ET MÉCANIQUE

Avant tout départ, des questions techniques - mobilisation des équipages, vérification de l’état des bateaux, notamment des chaudières et d’autres éléments mécaniques - doivent être réglées, ont précisé des officiers de la SNCM, expliquant que toute remise en route ne peut être que "progressive". Le ravitaillement en fioul, par exemple, est problématique car les livraisons ont été retardées en raison des grèves. D’autant qu’il faut souvent au moins 250 à 300 tonnes de fioul pour faire partir un navire. "On ne remplit pas un bateau comme une voiture, en passant à la station-service", commente un officier de la SNCM.

En attendant, "le retour à la normale se fait progressivement, et ce sont quatre navires qui partiront de Marseille vendredi", a indiqué un porte-parole de la compagnie, sans pouvoir préciser lesquels.

"CONTINUER À SE BATTRE"

La reprise des traversées nécessite aussi de résoudre le conflit sur le plan admnistratif. Dans ce but, le préfet de la région PACA, Christian Frémont et le secrétaire général des marins CGT de Marseille, Jean-Paul Israël, ont discuté jeudi après-midi, à la préfecture, d’un "protocole de fin de conflit". "La situation de la SNCM reste très grave, et si le travail ne reprend pas demain, la société sera en cessation de paiement", observait M. Frémont, à l’issue de l’entrevue. "Si le travail reprend demain", en revanche, "la société sera sauvée", ajoutait-il.

"On a débattu, on est maintenant dans l’attente d’un fax de la préfecture qui va nous permettre d’établir un protocole de fin de conflit", a, de son côté, expliqué le responsable syndical CGT."Une fois ce fax en main, on ira devant les salariés, qui décideront" s’ils acceptent le protocole, ce qui devrait intervenir dans la soirée. En cas d’accord, ils reprendront le travail, a dit Jean-Paul Israël, selon qui cette reprise va également permettre aux salariés de la SNCM de "continuer à se battre pour obliger le gouvernement à tenir ses engagements".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !