Liste des auteurs

AFP / 06 avril 2010

Accident dans une centrale à charbon : enquête contre des dirigeants Enel

mercredi 7 avril 2010

ROME - Le parquet de Civitavecchia a ouvert une enquête visant notamment des responsables d’Enel, après un accident dans une centrale à charbon appartenant au groupe, qui a fait un mort samedi dans cette ville au nord de Rome, a indiqué mardi l’agence Ansa.

L’enquête a été ouverte pour "homicide volontaire" contre dix personnes dont sept responsables de la compagnie Enel, a ajouté Ansa, sans donner de sources. Enel, dans un communiqué, a confirmé qu’"une enquête de la magistrature est en cours" sans donner plus de précisions.

Un ouvrier de 34 ans, Sergio Capitani, travaillant pour une société externe à Enel, est mort samedi lors d’une intervention de manutention dans la centrale, deux de ses collègues ont été blessés légèrement ainsi qu’un employé d’Enel.

Les cinq ouvriers travaillaient à 15 mètres de haut sur un tuyau à pression contenant de l’eau et de l’ammoniaque qui s’est rompu. En se cassant, le conduit a laissé échapper un jet d’ammoniaque qui a projeté Sergio Capitani sur un poteau.

Malgré les efforts des services de secours, il a succombé à ses blessures.

Selon des sources judiciaires, les magistrats enquêteurs cherchent à savoir s’il y avait encore une forte pression à l’intérieur du tube alors qu’il était censé avoir été mis en sécurité.

Enel, dans son communiqué, a déclaré "accueillir avec une très grande ouverture les vérifications des organismes concernés sur les conditions de travail et l’application des règles et collabore efficacement avec les enquêteurs pour éclaircir tous les aspects du tragique accident de samedi".

Le maire de Civitavecchia Giovanni Moscherini a décidé, en accord avec les présidents de département et région, la fermeture de la centrale de Torrevaldaliga "pendant le temps nécessaire pour faire la lumière définitivement sur ce qui s’est passé".

Il a affirmé qu’il émettrait un décret mercredi pour ordonner la suspension de l’activité sur le site, "parce que trois morts en trois ans c’est trop".

Enel "ne partage pas" cette décision, se déclarant "convaincue que des vérifications méticuleuses et approfondies peuvent être faites sans arrêter l’activité du site".

La centrale a subi plusieurs accidents ces dernières années et des syndicalistes ont émis des doutes sur les conditions de sécurité.

Le responsable de la filiale charbon d’Enel, Calogero Sanfilippo, a assuré dans un communiqué que les ouvriers étaient "dotés de tous les moyens de protection prévus pour ce type d’intervention".

"Pour Enel la sécurité sur le lieu de travail est une priorité absolue. Les standards de sécurité sont alignés sur les meilleures pratiques internationales", a-t-il affirmé, en proposant une rencontre aux représentants syndicaux sur cette question.

Selon M. Sanfilippo, l’entreprise Guerrucci pour laquelle ils travaillaient "est spécialisée et qualifiée pour ce type d’interventions et collabore avec Enel depuis des dizaines d’années sur différents sites".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !