Liste des auteurs

La Tribune.fr - 30/03/07

Acciona et Enel intensifient la préparation de leur offre sur Endesa

vendredi 30 mars 2007

Le groupe de BTP espagnol et son allié, l’électricien italien, interdits d’offre sur Endesa pendant six mois face à celle de leur rival allemand E.ON, veulent mettre ce délai à profit pour faire valider leur projet. Leur camp se rapproche des 50% du capital d’Endesa et la défaite d’E.ON semble donc de plus en plus probable. Acciona demande à l’autorité de la Bourse espagnole l’autorisation d’acquérir 4% de plus d’Endesa.

Les grandes manoeuvres continuent autour du groupe énergétique espagnol Endesa. Jeudi soir, le groupe de BTP espagnol Acciona et l’électricien italien Enel ont annoncé qu’ils présenteront leur projet d’OPA sur Endesa à l’autorité des marchés financiers espagnols (CNMV) entre le 16 et le 20 avril.

Un simple projet pour l’instant puisque la CNMV a interdit à Acciona et Enel de lancer une OPA sur Endesa avant le mois d’octobre, afin de laisser la priorité à l’offre antérieure et concurrente du géant allemand de l’énergie E.ON. Ce dernier propose désormais - il vient de relever son offre - 40 euros par action Endesa, ce qui valorise ce dernier à 42,3 milliards d’euros. Enel et Acciona promettent, eux, d’offrir au moins 41 euros par titre et dans les faits, compte tenu des intérêts, 42 euros.

Aux yeux d’Acciona, l’injonction du gendarme hispanique des marchés ne signifie pas que le tandem rival de l’allemand ne peut pas présenter le document de son offre. En fait, Acciona et Enel veulent éviter de perdre du temps et faire valider leur projet en amont afin de pouvoir lancer leur offre aussitôt échu le terme des six mois de black-out fixé par la CNMV. Le duo italo-espagnol a d’ailleurs pris des premiers contacts avec le régulateur espagnol de l’énergie (CNE) et la Commission européenne, selon Acciona.

A eux deux, Enel et Acciona contrôlent déjà quelque 46% du capital d’Endesa. En outre, la holding des participations de l’Etat espagnol (Sepi) a déclaré mercredi soir qu’elle ne vendrait pas sa part de 2,95% à E.ON. Ce qui donne d’ores et déjà aux adversaires d’E.ON quelque 49% des actions. Et ils ne comptent pas en rester là. Vendredi, Acciona a annoncé avoir demandé à la CNMV l’autorisation d’acheter 3,97% de plus dans Endesa. S’il était autorisé à mener à bien cette acquisition, Acciona détiendrait alors 24,97% d’Endesa, soit un niveau juste en dessous du seuil de 25% qui rend obligatoire le lancement d’une offre sur une tranche supplémentaire de 10%.

De son côté, E.ON s’est assuré du soutien du troisième actionnaire d’Endesa, la grande banque et caisse d’épargne Caja Madrid, qui détient 9,9% du groupe énergétique. Mais l’objectif d’E.ON d’obtenir au moins 50,01 % d’’Endesa semble de plus en plus inaccessible.

Si E.ON échoue, on risque fort de voir le groupe allemand se lancer à la recherche d’autres cibles. Et pourquoi pas, en cas d’échec du projet de mariage mal engagé entre Suez et Gaz de France, sur l’un de ces deux protagonistes, Suez en tête dont le capital est loin d’être verrouillé alors que GDF demeure un groupe public même s’il est désormais coté en Bourse.

La bataille autour d’Endesa se déroule aussi sur le terrain judiciaire. E.ON, qui avait déposé en début de semaine des recours devant un tribunal américain et auprès du gendarme espagnol de la Bourse (CNMV), a annoncé jeudi un recours devant la justice espagnole pour qu’elle interdise l’OPA adverse. Mais dès vendredi soir, la justice espagnole a rejeté cette demande. Elle ne s’est pas prononcée sur le fond du dossier mais a seulement statué sur une demande en urgence de suspension de l’avis boursier.

De son côté, Acciona a déclaré n’avoir "aucun intérêt à judiciariser l’OPA", ajoutant qu’il "défendra son projet et ses intérêts". Toutefois, Enel et Acciona sont actuellement "en train d’étudier toutes les implications du pacte liant E.ON et Caja Madrid" pour décider s’ils tentent de le faire invalider.

L’action Endesa retiré de l’indice des valeurs vedettes de la Bourse de Madrid

Le titre Endesa sera retirée de l’Ibex-35, l’indice des valeurs vedettes de la Bourse de Madrid, selon le comité technique de ce dernier, et ce à compter du mercredi 4 avril, en raison de l’OPA d’E.ON. Le comité se réunira ensuite le 12 avril, soit un jour après la publication du résultat de l’OPA, pour prendre les décisions qu’il jugera adéquates.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !