Liste des auteurs

Le Figaro | PIERRE BOCEV. - le 08 février 2007

Airbus : Louis Gallois évoque la cession de sites

jeudi 8 février 2007 par Pierre Bocev
Le patron de l’avionneur donne à entendre que des filialisations pourraient faire partie du plan de redressement.

PLUS un jour sans rebondissement dans le dossier Airbus. Cette fois-ci, Louis Gallois alimente la chronique. Dans une interview au quotidien allemand Die Welt, le patron de l’avionneur donne à entendre que la cession de sites entiers pourrait faire partie du plan de restructuration « Power 8 » attendu pour le 20 février.

Les entreprises « en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne et en Espagne » sont certes « excellentes », fait-il valoir. Mais « nous ne pouvons plus nous permettre à la longue d’investir de nos propres forces tout ce qui est nécessaire pour maintenir chaque site ». D’où la nécessité de « discuter de la question de savoir s’il n’est pas économiquement plus pertinent pour certains sites de les gérer avec des partenaires ».

Une telle filialisation, régulièrement évoquée dans les rumeurs sur les projets d’assainissement, « ouvre l’accès à des investissements et à de nouveaux marchés et contribue à garantir durablement des emplois ».

Interrogé sur l’hypothèse de mettre fin au système actuel de montage, dispersé à travers l’Europe, Louis Gallois invoque sans autre précision le besoin de l’« optimiser ». Son alter ego à la tête d’EADS, l’Allemand Tom Enders, avait à ce propos parlé d’une « possibilité », car « il ne fait pas beaucoup de sens » de répartir la finition d’un même modèle entre plusieurs implantations.

Selon certains bruits, l’ensemble du montage du futur A 350 serait confié à Toulouse, en contrepartie de quoi Hambourg obtiendrait l’intégralité des droits sur la nouvelle génération de l’A 320. Dans son interview à la Frankfurter Allgemeine Zeitung (voir nos éditions d’hier), Tom Enders avait éludé cette question, tout en indiquant que l’A 320 était « un point fort allemand », ce que certains avaient interprété comme une confirmation.

Répartir le « fardeau »

Dans Die Welt, Louis Gallois réaffirme que « le fardeau » de la restructuration sera « équitablement réparti entre les nations d’Airbus », estimant par ailleurs qu’il n’y a « aucune raison de se laisser aller à une ambiance de fin du monde ».

Le journal fait néanmoins état d’une nouvelle « rumeur » : la direction française d’Airbus aurait l’intention de dénoncer les accords tarifaires des salariés allemands, ce qui rendrait alors « possibles des licenciements secs », en principe exclus d’ici à 2012.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !