Liste des auteurs

Un article de Pierre-Henri Lab paru dans L’Humanité du 15 décembre 2005

Allonnes défie EDF et GDF

jeudi 15 décembre 2005 par Pierre-Henri Lab
Prévention . Confronté à un recours en annulation, élus, habitants et associations se mobilisent pour soutenir l’arrêté anticoupures pris par le maire PCF de la commune.

Monique fait patiemment la queue devant le stand de la municipalité, à l’entrée du marché. Le vent glacial qui balaie l’esplanade de la mairie d’Allonnes, en ce mardi matin, ne la décourage pas. Comme des centaines d’Allonnais, cette mère de famille signe la pétition de soutien à l’arrêté municipal interdisant les coupures d’électricité dont EDF et GDF demandent l’annulation par le tribunal administratif. Monique a bénéficié de l’aide du centre communal d’action sociale pour faire face à un impayé d’électricité. « On a évité de justesse la coupure, précise-t-elle. Attention ! On n’est pas des mauvais payeurs professionnels. Mais avec 600 euros par mois de revenus et quatre enfants, comment voulez-vous qu’on s’en sorte ? » poursuit-elle.

Des dossiers comme celui de Monique, la municipalité en traite 120 par an. Les 12 200 habitants de ce qui fut un petit village des environs du Mans avant de devenir une cité-dortoir dans les années soixante et soixante-dix sont durement frappés par la crise. Le recul de l’emploi industriel, en particulier dans la métallurgie et dans l’automobile (Renault) ne les a pas épargnés : 60 % des foyers allonnais ne paient pas la taxe d’habitation. Et la ville compte 14 % de chômeurs et 362 bénéficiaires du RMI. Les associations caritatives comme les Restos du coeur ne manquent pas de travail. « Pour ce qui concerne la distribution de nourriture, on devrait atteindre, cet hiver, les 600 bénéficiaires », estime Jacqueline Jolivet, la responsable locale de l’association fondée par Coluche.

54 % de logement social

Arlette Loubrux, présidente de l’Union des retraités et des personnes âgées de la ville, se précipite sur l’urne qui recueille les coupons pétitions. Elle y introduit une liasse épaisse de signatures recueillies lors de la dernière réunion de l’association. « Couper l’électricité, quelle honte ! On se croirait revenu au Moyen Âge », peste la responsable. L’arrêté du maire (PCF), Yvon Luby, fait l’objet d’un large consensus chez ses administrés. L’ensemble des associations de solidarité comme le Secours populaire ou les Restos du coeur, et les organisations de locataires, telles la CNL ou la CGL - Allonnes compte 54 % de logement social - se mobilisent pour le soutenir. Un élan qui s’explique par les difficultés auxquelles sont confrontés nombre d’habitants mais aussi par la démarche mise en oeuvre par la mairie et l’efficacité de sa délibération.

« L’arrêté anticoupures n’a pas été pris sur un coup de tête. Certes, lorsque nous en avons délibéré le 30 mars dernier, des dizaines de communes au niveau national adoptaient la même attitude. Mais il est surtout le fruit d’une réflexion conduite avec les associations et répond à une véritable demande sociale », soutient le premier adjoint PCF, Gilles Leproust. « C’est une décision efficace, ajoute aussi Yvon Luby. Depuis l’arrêté, aucune coupure n’a été effectuée par EDF ou GDF sur le territoire de la commune. Je note d’ailleurs que ceux-ci sont nettement plus coopératifs qu’auparavant pour trouver des solutions aux impayés », poursuit le maire. L’arrêté aurait donc porté ses fruits.

une énergie indispensable

Selon Sylvie Bousset, conseillère sociale de la ville, « il a permis de recenser tous les foyers confrontés à des difficultés pour s’acquitter de leur facture et de trouver avec ces familles une solution pour éviter la coupure ». L’arrêté, contrairement à ce qu’affirment ses détracteurs, n’ouvre pas la porte aux abus. « Il ne protège pas les usagers de mauvaise foi », prévient Yvon Luby. Réponse à une urgence sociale, l’arrêté est aussi une prise de position politique de la municipalité d’Allonnes. Yvon Luby, qui a le soutien des deux composantes (communiste et socialiste) de sa majorité, ne cache pas le parti pris de la municipalité en faveur de la « défense du droit à l’énergie ». « L’électricité ne doit pas devenir un produit de consommation comme les autres. L’accès à cette énergie est indispensable à la vie. Cela doit être reconnu comme un droit fondamental », explique l’édile qui milite « pour que la décision de couper l’électricité à un usager n’appartienne plus à EDF et à GDF ». Et Yvon Luby de préciser : « Nous nous mobilisons contre le glissement qui s’opère avec l’ouverture du capital et le changement de statut. D’entreprises de service public, EDF et GDF sont en train de devenir des entreprises de services au public. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !