Liste des auteurs

Un Article de Jean-Michel Bezat paru dans Le Monde du 21.09.05

Areva veut faire de la Finlande la vitrine du réacteur nucléaire "de troisième génération"

mercredi 21 septembre 2005 par Jean-Michel Bezat

L e site est enchanteur, avec ses étendues de sapins et de bouleaux descendant en pente douce vers le golfe de Bothnie. Son nom est doux, comme sorti d’un roman drolatique d’Arto Paasilinna, Olkiluoto . Une éolienne géante semble marquer l’entrée d’un vert paradis des énergies renouvelables... Mais dans cet écrin bucolique, où tournent déjà deux réacteurs, bat le coeur de la production nucléaire finlandaise.

C’est là, à 250 km au nord-ouest d’Helsinki, que le gouvernement finlandais a décidé d’installer le site d’enfouissement des déchets radioactifs. Et que sortira de terre la première centrale équipée du réacteur EPR dit "de troisième génération" construit au monde, qui produira ses premiers mégawatts en 2009 pour le compte de TVO, le premier électricien du pays.

Empesé et rythmé de discours convenus, le cérémonial de la pose de la première pierre d’OL3, lundi 12 septembre, se voulait à la hauteur de l’événement. Etrange inauguration pour un chantier qui a débuté il y a un an et demi. Des centaines d’ouvriers s’y activent au milieu de grues géantes et d’engins de travaux publics. Le socle de béton qui supportera le réacteur (d’une puissance de 1 600 MW) a déjà été coulé au centre de l’excavation creusée à la dynamite dans le granit noir.

Le président du Parlement, Paavo Lipponen, qui était premier ministre quand la Finlande a décidé, en 2002, de construire un cinquième réacteur, parle d’un "événement historique" et vante la part croissante du nucléaire dans le bouquet énergétique de son pays. Anne Lauvergeon, présidente du groupe français Areva, fournisseur de l’EPR, se félicite de cette "renaissance du nucléaire" grâce au "meilleur de la technologie européenne" , associant son entreprise, numéro un mondial du nucléaire, à l’allemand Siemens, au sein du consortium retenu en 2003 par la Finlande.

LOCALISABLE PAR GPS

Au son des trompettes, les invités se penchent comme de bonnes fées sur la première pierre qui renferme un conteneur d’acier. Les autorités y ont glissé un parchemin où figure le nom des personnalités présentes à la cérémonie, des journaux du jour, quelques pièces de monnaie... Pour qu’on ne perde pas trace de ce jour historique, cette pierre sera localisable par GPS.

Alors que son voisin suédois commence à démanteler son parc nucléaire, la Finlande a décidé de le développer. Avec ce cinquième réacteur, elle portera sa part d’électricité d’origine nucléaire de 25 % à 33 %. Et TVO fournira de l’électricité à bon prix à la soixantaine d’industriels (papetiers, énergie...) et de collectivités (Ville d’Helsinki...) qui se sont associés au financement de ce projet de 3 milliards d’euros, le plus coûteux de l’histoire industrielle du pays.

L’équation énergétique finlandaise est simple : le pays possède le plus vaste domaine forestier d’Europe, mais il n’a ni pétrole, ni gaz, ni charbon. Il doit importer les deux tiers de ses besoins, alors que sa consommation augmentera de 75 % dans les vingt ans. OL3 permet au pays de "renforcer -sa- sécurité énergétique" , justifie M. Lipponen.

La décision de construire un nouveau réacteur a été prise au terme d’un "processus démocratique exemplaire" , assure le gouvernement : consultation de la population, adoption d’une loi au Parlement, vote (parfois hostile) de chaque membre du gouvernement. Greenpeace conteste cette analyse et a demandé à la justice de suspendre un chantier qui, selon le mouvement écologiste, "n’a fait l’objet d’aucune analyse d’impact digne de ce nom sur la sûreté, la santé publique et l’environnement " .

Les Finlandais n’ont pas suivi. "Ils ne sont pas profondément hostiles au nucléaire, contrairement aux Suédois" , note un diplomate français en poste à Helsinki. Les autorités ont cherché à rassurer l’opinion en faisant avancer le dossier de l’enfouissement des déchets en même temps que celui du cinquième réacteur.

Une sixième tranche ­ sur l’autre site nucléaire, situé à l’est du pays ­ sera inscrite dans le livre blanc sur l’énergie publié prochainement, a annoncé M. Lipponen. Areva s’y intéresse déjà. Le projet OL3 sera la vitrine mondiale du groupe français, qui espère décrocher d’importants contrats aux Etats-Unis et en Chine dans les prochains mois.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !