Liste des auteurs

Un article de Jean-Paul Piérot paru dans l’Humanité du 26 septembre 2005

Au bonheur des actionnaires

lundi 26 septembre 2005 par Jean-Paul Piérot
Les sociétés du CAC 40 ont encaissé 40 milliards d’euros de profits en six mois

Tout ne va si mal dans le monde de l’économie. Si les « plans sociaux », les délocalisations et autres licenciements boursiers saignent le monde du travail et font grossir les bataillons de chômeurs et de précaires, tout n’est pas perdu pour tout le monde. Les chiffres semestriels publiés vendredi par le quotidien économique la Tribune confirment les profits mirifiques engrangés par les stars du CAC 40.

Ainsi les quarante plus grandes entreprises françaises ont encaissé un jackpot de 40 milliards d’euros au cours des six premiers mois de 2005. Ce qui fait la bagatelle de 10 milliards de plus que pour la même période de l’année précédente. Les années passent, la profitabilité augmente. À preuve, les rois de la finance ont presque atteint en six mois le total amassé en douze mois en 2000 : 46 milliards. Le record de 2004 (57 milliards) est déjà en passe d’être dépassé. Ces sociétés devraient enregistrer une croissance de 18,8 % de leurs bénéfices cette année, selon le bureau d’études FactSet JCF, cité par la Tribune. Les secteurs de l’énergie (Total + 44 %, L’Air liquide + 26 %) et de la finance (Crédit agricole + 31 %, BNP Paribas + 22 %, Société générale 30 %) figurent parmi les plus grands bénéficiaires. Une mention spéciale pour LVMH : les salariés de la Samaritaine se consoleront de lire que le groupe de Bernard Arnault voit ses résultats bondir de 19,2 %. Leur sacrifice n’est donc pas vain, sur l’autel du capitalisme financier.

Surmontons notre vertige et continuons la lecture des chiffres. Les grands gagnants - ce n’est pas un scoop - sont les actionnaires, mais dans quelles proportions ? En 2004, les sociétés du CAC avaient versé environ 25 milliards d’euros aux porteurs d’actions sur les résultats 2003. Cette année, elles viennent de distribuer l’aumône de 22 milliards. Et l’an prochain, ont pronostiqué les analystes financiers, cela devrait être 27 milliards que devrait empocher le petit monde de l’actionnariat... Comme quoi, plus on « dégraisse » d’un côté, plus on engraisse de l’autre, ce n’est pas une loi de la nature, mais, sûr, du capitalisme.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !