Liste des auteurs

LEMONDE.FR avec AFP, Reuters et AP | 10.10.07

Aux Etats-Unis, les ouvriers de Chrysler se mettent en grève

jeudi 11 octobre 2007

Faute d’accord salarial entre United Auto Workers, le principal syndicat des employés du constructeur automobile Chrysler et la direction, les salariés syndiqués ont commencé, mercredi 10 octobre, à cesser le travail dans les usines du groupe. United Auto Workers avait en effet appelé ses 48 000 adhérents, soit plus de la moitié des effectifs mondiaux du groupe, à entamer un mouvement de grève à partir de 15 heures en cas d’impasse persistante des négociations.

73 000 GRÉVISTES EN SEPTEMBRE

Selon un représentant de l’UAW, les positions des négociateurs restent fort éloignées sur plusieurs points, notamment le salaire horaire et la couverture santé des employés. Chrysler, dirigé depuis cet été par le fonds d’investissement Cerberus, souhaite que l’UAW concède 345 millions de dollars de réductions sur la couverture santé et réclame des cessions d’actifs.

Le groupe allemand Daimler s’est séparé cet été de 80,1 % des parts de Chrysler. L’arrivée d’un fonds d’investissement aux commandes d’un constructeur automobile a alors constitué une première aux Etats-Unis. Les syndicats redoutant que les exigences de rentabilité priment sur le social, leurs menaces de grèves ont parfois été perçues par les observateurs comme un moyen de tester la nouvelle direction du groupe.

Depuis juillet, l’UAW et General Motor (GM) négociaient un accord cadre censé servir de référence aux deux autres constructeurs automobiles américains, Ford et Chrysler. Après plusieurs semaines d’âpres discussions entre General Motors et l’UAW, le syndicat avait déclenché une grève de deux jours, en septembre. Le but de l’action visait à retenir l’attention de la direction notamment sur la couverture santé des retraités et sur la sécurité de l’emploi. Face aux 73 000 grévistes, GM avait rapidement cédé devant le risque du coût financier de l’arrêt des chaînes de production. Selon l’UAW, grâce à cette grève chez GM, des garanties pour l’emploi et en terme de rémunérations ont pu être obtenues.

PERTES NETTES DE 25 MILLIARDS DE DOLLARS

GM, Ford et Chrysler cumulent ensemble des pertes nettes de 25 milliards de dollars depuis 2005. Dans le même temps, le japonais Toyota a détrôné en début d’année GM en terme de véhicules vendus dans le monde, un camouflet historique pour l’automobile américaine. Dans l’espoir de ralentir l’érosion de leurs marchés, les trois constructeurs de Detroit ont déjà entamé des restructurations en Amérique du Nord et demandé des concessions à l’UAW pour réduire les coûts fixes : révision à la baisse des prestations salariales et réductions d’effectifs par dizaines de milliers. Chrysler prévoit déjà de supprimer 13 000 emplois.

Les nuages qui voilent l’horizon économique de l’industrie américaine de l’automobile affectent aussi le syndicat phare du secteur. L’UAW connaît une désaffection de ses rangs, et s’efforce de maintenir son influence tout en étant contraint à faire des concessions pour permettre le redressement des "Big Three" américains.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !