Liste des auteurs

Article de PIERRE BOCEV paru dans le Figaro le 20 juillet 2006

Berlin favorise le travail des seniors

jeudi 20 juillet 2006 par Pierre Bocev
Le gouvernement allemand a adopté hier le « salaire combiné », une mesure qui ne fait pas l’unanimité.

DERNIER ACTE de présence avant les vacances d’été, la « grande coalition » d’Angela Merkel a pris acte hier du principe d’un « salaire combiné » pour lutter contre le chômage. Présentée par Franz Müntefering, vice-chancelier et ministre du Travail qui coiffe la partie sociale-démocrate (SPD) du gouvernement, cette mesure est loin de faire l’unanimité. L’idée générale est de faciliter le retour à l’emploi de chômeurs de plus de 50 ans. Ils sont 1,2 million sur un total de 4,4 millions de sans-emploi.

Premier volet, tous ceux qui touchent l’allocation-chômage de base, limitée depuis peu à dix-huit mois, pourront bénéficier d’une prime s’ils acceptent un job moins bien payé que le précédent : le différentiel sera payé sur les fonds publics à hauteur de 50 % pendant un an et de 30 % l’année suivante. Cela concerne 533 000 personnes et coûterait quelque 200 millions d’euros par an avec pour effet escompté d’en faire profiter peu ou prou 50 000 personnes par an. Un dispositif comparable existe déjà, mais il n’a été utilisé que par 4 486 personnes selon les dernières statistiques. D’où les quolibets de l’opposition. Parallèlement, une incitation à recruter sera créée pour les employeurs. S’ils engagent un chômeur longue durée de plus de 50 ans et l’emploient pendant un an minimum, ils pourront toucher entre 20 et 40 % du salaire versé. Là aussi, Franz Müntefering compte sur un effet d’entraînement à hauteur de 50 000 cas par an, au prix de 200 ou 300 millions.

L’opposition se gausseUne bonne partie du SPD, hostile à ce principe de « Kombilohn » pendant la campagne électorale de 2005, estime que le vice-chancelier a trahi les idées du parti. Du côté des conservateurs CDU-CSU qui avaient propagé ce modèle, une minorité bruyante juge que le vice-chancelier aurait mieux fait de présenter un plan d’ensemble au lieu de se rabattre sur la réédition de mesures partielles. L’opposition, enfin, se gausse du tout en faisant valoir que la coalition, tout en préconisant le retour à l’emploi des « quinquas » et le passage à la retraite à 67 ans, vient d’approuver un plan de préretraite à 55 ans pour 15 000 fonctionnaires.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !