Liste des auteurs

Myriam Guillaume La MArseillaise du 14 décembre 2015

CGT : 120 ans, des cicatrices mais pas une ride

mercredi 16 décembre 2015 par Myriam Guillaume
National, l’anniversaire est décliné par l’Union départementale des Bouches-du-Rhône qui invite à la projection et au débat toute une semaine. 120 ans de défense de l’intérêt général et encore beaucoup à dire.

« Les personnes exerçant la même profession, des métiers similaires ou des professions connexes pourraient sans autorisation gouvernementale se constituer en syndicats », ceux-ci ayant « pour objet exclusif l’étude et la défense des intérêts économiques, industriels, commerciaux et agricoles ». La loi du 21 mars 1884 légalise un état de fait. C’est dans ce texte du XIXe siècle que la Confédération générale des travailleurs puise ses racines.

Défendre l’intérêt général en participant à la transformation de la société. Une double volonté qui anime le syndicalisme et forge encore 120 ans plus tard l’esprit de la CGT. Le syndicalisme a joué et joue toujours un rôle déterminant dans la conquête des garanties sociales. Et le département ne manque pas de luttes emblématiques, porteuses d’enseignements.

« Le conflit de la construction navale dans les chantiers de La Ciotat où il a fallu se battre contre les velléités politico-immobilières d’y installer une marina, la bataille des mineurs de Gardanne qui a duré quatre mois avant que la direction recule la fermeture, ou encore toute la période de combat sur le port de Marseille avec les dockers et la réparation navale, toujours contre la volonté de liquider l’industrie », liste Paul Alverola, ex-secrétaire départemental. Des luttes sans lesquelles la Forme 10 ne serait plus d’actualité sur le GPMM, on ne trouverait plus de chantier de construction navale à La Ciotat et le port de Marseille aurait bien plus que 600 marins à déplorer. L’outil collectif

Autant exemple porteur d’une dynamique : « la grande idée qui marque notre histoire c’est l’idée de convergence, du niveau fédéral au niveau départemental. Nous sommes partis sur ce lien commun qui est la façade maritime ». Et à chaque coup porté encore maintenant, chez les Fralib, Air France, la SNCM, les Moulins Maurel, Saint-Louis Sucre, Nexcis ou à la Centrale de Gardanne, cette « même résistance est à l’œuvre » estime le syndicaliste. Les travailleurs maîtrisent désormais les paramètres économique et politique de leur secteur.

L’idée mène plus que jamais bon chemin aujourd’hui : « On part d’un simple constat que les gouvernements successifs se servent des mêmes recettes qui conduisent à la dégradation des conditions de travail et de vie. Sur fond d’austérité, face aux mêmes attaques, les salariés ne se laissent pas faire et ils ont conscience des enjeux politiques et industriels qui se jouent et aussi qu’ils ont hérité d’une machine de 120 ans dont ils sont fiers. Et avec ce bel outil collectif, assure Olivier Matteu pour l’UD, on peut protéger l’outil de travail et un savoir-faire qui permettent une pérennité de l’emploi ». Et comme la CGT est une des composantes du mouvement social, « nous travaillons à une riposte, la plus large possible ».

Résister et converger. L’utilité indéniable du syndicalisme, mise en projections, débats, forum et expositions, du 14 au 18 décembre à la Bourse du travail rue Charles Nédélec ou à Aubagne le 17, pour un nouveau souffle.

Myriam Guillaume

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !