Liste des auteurs

COMMUNIQUE DE PRESSE : La direction irresponsable de plus de 110 jours de grève sans négociation

mardi 6 mai 2014 par CGT Centrale Gardanne

L’inspecteur du travail, en refusant le licenciement des deux Secrétaires Généraux de la Centrale de Gardanne, avait mis un coup de frein à la volonté de la direction d’EON/la SNET de passer en force dans ce dossier en s’attaquant à deux représentants CGT élus par les travailleurs.

Malgré cela, la direction d’EON/la SNET avec toujours plus de haine, a décidé de passer outre en demandant l’autorisation de licenciement au ministère du travail cette fois-ci !

De plus, dans son soucis perpétuel de mettre le feu aux poudres, la direction envoie des avertissements par dizaines au personnel de la Centrale de Gardanne. Ces basses attaques démontrent clairement la fébrilité de nos dirigeants dans la gestion de ce conflit.

La CGT exige la levée de toutes les sanctions en cours et met déjà tout en œuvre afin que toutes les procédures disciplinaires soient avortées.

Mais la direction continue encore avec ses méthodes répressives avec la mise en place d’un service minimum à la Centrale de Gardanne pour motif de service public de l’électricité. Le but, empêcher la réappropriation de l’outil de travail. Cette nouvelle attaque envers les travailleurs entrave gravement le droit de grève !

Malgré la position défavorable de l’inspecteur du travail sur ce sujet, la direction a décidé de maintenir en vigueur cette procédure. La CGT a attaqué en justice afin de faire annuler l’application de cette nouvelle note interne.

Nous ne nous tromperons pas sur nos revendications. Les travailleurs de la Centrale de Gardanne, avec leur Syndicat CGT, sont en grève illimitée depuis plus de 110 jours afin de faire avorter le projet, de la direction d’EON/la SNET, de destruction d’emplois et d’externalisation des services. Les travailleurs grévistes, avec leur Syndicat CGT, ont décidé de ne sortir de ce conflit qu’une fois la victoire acquise.

L’objectif clairement affiché par les travailleurs est le maintien au minimum des 182 emplois statutaires et l’abandon des externalisations.

Ce combat fait suite aux 3 années de luttes déterminées pour l’obtention du projet biomasse.

Dans ces conditions, les pouvoirs publics doivent assumer leurs responsabilités alors que va être versé plus de 2,6 milliards d’euros d’argent public dans le cadre du projet biomasse. C’est bien un projet d’ampleur nationale diligenté par les pouvoirs publics. EON ne porte ce projet que pour s’engraisser sur le dos des contribuables. Le gouvernement doit obliger l’actionnaire à assumer son rôle social de par l’argent public qu’il va percevoir.

Ce projet de conversion à la biomasse, acquis par la mobilisation des travailleurs, ne doit pas profiter aux actionnaires de l’entreprise. Il doit être la source de création d’emplois et répondre aux besoins des usagers.

Le gouvernement restant silencieux et continuant à ne pas prendre position sur notre dossier se rend donc complice des positions de la direction d’EON/la SNET.

La raison voudrait qu’une sortie négociée du conflit en cours voit le jour.

Seulement l’entêtement et le mépris d’EON/la SNET dans ce dossier envers les travailleurs et la CGT détériore encore plus le dialogue social et le climat sur le site.

Ce conflit trouvera une issue quand la direction d’EON/la SNET acceptera de négocier sur la base des revendications portées par les travailleurs avec la CGT.

En attendant, la lutte continue !!

CEUX QUI VIVENT SONT CEUX QUI LUTTENT

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !