Liste des auteurs

Article de Anne Vigna paru dans L’Humanité le 30 novembre 2006

Chasse aux sorcières à Oaxaca (Mexique)

jeudi 30 novembre 2006 par Anne Vigna
Mexique . La police a franchi un degré supplémentaire dans la répression des manifestants étudiants ou syndicalistes de la cité en rébellion.

Les prisons d’Oaxaca semblent pleines après six mois de conflit. À la demande du gouvernement local, la police fédérale préventive (PFP) a débuté les transferts des membres de l’APPO (Assemblée populaire des peuples de Oaxaca) vers d’autres prisons du Mexique. Mardi 28 novembre, la PFP a transféré 141 détenus (107 hommes et 34 femmes) dans une prison de l’État du Nayarit, au nord-ouest de Mexico. Un second contingent est sur le départ pour l’État du Tamaulipas, État frontière avec les États-Unis. Dans un communiqué de presse, le ministère de l’Intérieur justifie ces transferts en qualifiant les détenus de « très dangereux ».

Pour Yessica Sanchez, de la Ligue mexicaine des droits de l’homme, au contraire, « les détenus sont transférés pour occulter les preuves de tortures et de mauvais traitements. Il s’agit d’un conflit politique, ce sont des militants sociaux et des citoyens, non des délinquants ». Les transferts et les détentions qui se produisent en ce moment à Oaxaca font suite à la septième méga marche contre le gouverneur Ulises Ruiz le week-end dernier et qui s’est terminée en affrontements violents avec la police. Le bilan est lourd : plusieurs édifices incendiés, près de 200 blessés, 160 détenus et un nombre toujours indéfini de disparus (personnes enlevées qui n’ont pas encore reparu). Les témoignages recueillis par l’APPO parlent de trois morts dont les corps auraient disparu, des informations démenties par l’Intérieur.

Pourtant la tension et la peur sont plus que jamais présentes dans les rues. Les ONG de défense des droits de l’homme évoquent une soixantaine d’arrestations par jour (des leaders de l’APPO mais aussi des étudiants, des syndicalistes...). Les bureaux des organisations sociales présentes au sein de l’APPO sont la cible de fusillades et d’incendies. Le gouverneur qui est apparu à Oaxaca, après sept mois d’absence, a assuré que « les détentions allaient se poursuivre ».

La « chasse aux sorcières », comme on la dénomme dans la presse, se déroule à quel- ques jours de l’investiture de Felipe Calderon, vendredi devant la Chambre des députés à Mexico. Le quartier, bouclé sur un 1 km, sera le point de ralliement des manifestations contre le déroulement de l’élection présidentielle du 2 juillet dernier. Mais le mot d’ordre inclut désormais « le départ de la police d’Oaxaca », comme en 1994 les Mexicains exigeaient le retrait de l’armée hors du Chiapas, après le soulèvement zapatiste.

Demain, une huitième grande manifestation est annoncée à Oaxaca. Elle est toujours dirigée contre le gouverneur mais englobe désormais Vicente Fox. L’APPO a

déposé une plainte contre le président sortant pour « violations des garanties individuelles et actions de gé- no- cide » et a assuré qu’elle poursuivrait le président devant

la justice internationale. L’APPO a exhibé des témoignages vidéo gênants pour le chef de l’exécutif : ils montrent l’action conjointe de la police fédérale, de la police locale et de groupes paramilitaires au service du gouverneur.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !