Liste des auteurs

Thomas Lemahieu | L’Humanité du 5 mai 2007

Chez Airbus, la « base » tient à sa grève

samedi 5 mai 2007 par Thomas Le mahieu
Aéronautique . À Saint-Nazaire, les syndicats majoritaires appellent à reprendre le travail, mais, comme à Nantes, les salariés votent la reconduction jusqu’à mercredi.

Tangage à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) : hier matin, lors de l’assemblée générale quotidienne, les syndicats majoritaires (FO, CFTC et CGC) sur les deux sites Airbus de la ville ont appelé les grévistes à arrêter le mouvement. Stupeur au sein de la coordination des salariés comme à la CGT : quelques minutes plus tôt, lors d’une - réunion préparatoire à l’AG, les représentants de ces organisations n’ont même pas daigné les informer de leurs intentions... Avec, en main, la proposition faite jeudi à Toulouse par la direction générale de l’avionneur - une prime exceptionnelle de 500 euros -, Yvonnick Dréno, secrétaire de FO, a, à la surprise générale donc, expliqué aux salariés que la direction « ne reprendrait pas les discussions tant qu’il n’y a pas de situation sereine dans les établissements de l’Ouest ». « Les avancées - obtenues jeudi à Toulouse ne représentent qu’une ouverture de négociations », a-t-il promis, devant des centaines de grévistes déjà passablement remontés contre l’entente FO-CFTC-CGC.

le mouvement reconduit

En grève spontanée depuis une semaine, la « base », qui avait dans les jours précédents réussi à constituer un semblant de front syndical commun autour de sa plate-forme revendicative (primes entre 3 000 et 4 000 euros équivalentes à celles de 2006, retrait de Power 8, maintien des emplois et embauche des intérimaires) a reconduit le mouvement à une très forte majorité jusqu’à mercredi prochain. « Nous attendions un signe fort de la direction, a lancé Yvonnick Guihéneuf, porte-parole de la coordination des salariés. Les premiers résultats de la négociation d’hier ne constituent pas un signe fort par rapport à notre plateforme revendicative. » Et d’interroger les grévistes : « Est-ce que les propositions de la direction vous satisfont ? ». Réponse de la foule, en choeur et sans hésitation : « Non ! » Délégué syndical CGT, Christian Caillé confirme son soutien aux grévistes : « À la CGT, nous sommes les seuls à continuer d’accompagner ce mouvement... C’est déplorable dans un sens, mais ça va aussi permettre de parler plus librement, ne plus avoir les pieds et poings liés de crainte de briser ce front syndical. Pour le moment, ça renforce encore la détermination des salariés : on reste sur une grève totale, dure jusqu’à mercredi. On ne parle même plus de faire des grèves tournantes, c’est la grève complète... »

À Nantes, après une journée éprouvante de jeudi, la tension entre les salariés est un peu retombée vendredi et les grévistes se sont tous retrouvés pour conforter leur mouvement de grève et le prolonger jusqu’à mercredi, date de la prochaine AG. Ici aussi, à une écrasante majorité. Malgré les pressions de certains chefs qui n’ont pas hésité à téléphoner aux ouvriers chez eux, jeudi soir, pour les inciter à - reprendre le boulot, « maintenant qu’une négociation est engagée à Toulouse »... Vendredi matin, à Nantes, à la différence de Saint-Nazaire, FO, la CFTC et la CGC, en retrait certes, ne sont pas désolidarisées du mouvement.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !