Liste des auteurs

Un article paru sur lemonde.fr d’après une dépèche AFP le 2 novembre 2005

Conflit à la RTM : les syndicats déçus par les propositions du médiateur

mercredi 2 novembre 2005

A la veille d’une rentrée des classes évoquée comme une date butoir, avec une possible réquisition des personnels et des bus, le médiateur dans le conflit à la Régie des transports de Marseille (RTM) a présenté mercredi des propositions pour tenter de mettre fin à la grève d’un mois. Mais elles ont été rejetées par les syndicats, qui n’y ont vu qu’un choix à faire entre "la peste et le choléra".

De son côté, le maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin a réitéré sa demande de réquisition de personnel et de bus auprès du préfet tout en jugeant que la proposition du médiateur pour mettre fin à la grève d’un mois à la RTM "méritait d’être approfondie". Si les salariés de la RTM rejettent la proposition du médiateur, "nous retournerions à la case départ", a relevé le maire. Le préfet est le seul à décider d’une telle mesure, qu’il avait qualifiée la semaine dernière "d’arme lourde".

Le médiateur Bernard Brunhes a proposé que l’exploitation du futur tramway soit assurée par une filiale détenue majoritairement par la RTM, et à 40 % par la Connex ou un autre partenaire, ont indiqué les syndicats à l’issue d’une réunion en préfecture avec lui. "On nous a proposé une filiale au lieu de la délégation de service public (DSP), on ne peut pas être satisfaits (...) Il n’y a pas d’avancée puisqu’il y a toujours la Connex", a déclaré Alain Requena (FO). Les salariés réclament que la RTM exploite en propre les deux futures lignes, assimilant la délégation de service public, choisie par la communauté urbaine, à un début de privatisation et de morcellement du réseau. A ce jour, la régie publique associée à l’entreprise de transport privée Connex (Veolia Environnement) est la seule candidate déclarée.

Les délégués syndicaux ont indiqué qu’ils se réuniraient dès mercredi soir pour étudier les propositions du médiateur et qu’ils feraient connaître leur position jeudi en assemblée générale.

BERNARD BRUNHES OPTIMISTE

A la mi-journée, avant un entretien avec le maire de Marseille, Bernard Brunhes s’était pourtant déclaré "optimiste". Cet ancien conseiller du premier ministre socialiste Pierre Mauroy, aujourd’hui consultant en relations sociales, a souligné qu’il "essayait de faire retrouver aux Marseillais leurs transports en commun le plus vite possible". Arrivé lundi, le médiateur a rencontré toutes les parties avant de prendre "une journée de réflexion" mardi pour peaufiner ses propositions. "Si mercredi on a une volonté exprimée par les deux parties de trouver une solution dans les lignes de ce que je suggère, alors il ne faudrait pas avoir recours à des réquisitions. Mais ça ne veut pas dire que les bus vont rouler dans le quart d’heure", avait-il indiqué mardi.

Au trentième jour de grève, le trafic est resté fortement perturbé mercredi, avec 7 % de bus en circulation et 63 % de métros. La cinquantaine de cars de substitution mis en place par la mairie de Marseille depuis la semaine dernière ont repris leur service après un jour de repos, mardi.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !