Liste des auteurs

Article de Célia Chauffour paru dans Le Monde du 29 octobre 2006

Croissance et expatriations aident l’emploi en Pologne

dimanche 29 octobre 2006 par Célia Chauffour
Le taux de chômage en Pologne continue de baisser. Selon les dernières données du Bureau central des statistiques polonais (GUS), publiées mardi 24 octobre, il a atteint, en septembre, 15,2 %, contre 15,5 % en août. Jamais ce taux n’a été si bas depuis près de six ans. En un an, la baisse est d’environ 2 %.

Amorcé après le pic de février 2003 (20,7 %), le recul du chômage se poursuit sur fond d’une croissance soutenue (5,5 %), mais aussi de départs massifs de travailleurs polonais à l’étranger. Depuis l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne (UE) en 2004, ils seraient plus de 1 million à avoir quitté le sol natal pour l’Angleterre, l’Irlande, la Suède, la Belgique.

Pourtant, avec ses 2,3 millions demandeurs d’emploi, la Pologne fait toujours figure de plus mauvais élève de l’UE. L’amélioration laisse persister de graves problèmes. Celui, par exemple, du chômage des jeunes : près d’un tiers des 15-24 ans est encore à la recherche d’un emploi. Celui aussi d’une inadéquation entre offre et demande : la Pologne commence à manquer de main-d’oeuvre, notamment dans le bâtiment et les travaux publics. Enfin, celui des disparités régionales.

Les régions les plus frappées, la Poméranie occidentale (Nord-Ouest) et la Warmie-Mazurie (Nord-Est), qui abritaient autrefois d’importantes fermes d’Etat, comptent le plus de chômeurs longue durée, notamment chez les anciens ouvriers agricoles. Idem, le déclin des industries lourdes de Basse-Silésie (Sud-Ouest) a gonflé les rangs des chômeurs à la reconversion improbable, faute de formation adéquate et de mobilité.

PROBLÈME NUMÉRO UN

Principal écueil du marché du travail polonais, le chômage de longue durée concerne environ 70 % des demandeurs d’emploi. Il touche une population souvent rurale et peu éduquée qui n’est ni prête ni en mesure de quitter son logement, ou bien le jardinet qui lui sert à cultiver de quoi nourrir sa famille, pour espérer chercher du travail ailleurs.

"Le chômage demeure le problème social numéro un en Pologne, observe Stanislawa Golinowska, économiste spécialiste du marché du travail. Le pays souffre encore de la restructuration de son économie, notamment celle qui (...) a affecté les secteurs militaire, minier et de l’acier." Pour lutter contre le chômage, le gouvernement a créé un Fonds du travail. Une enveloppe annuelle de 6 milliards de zlotys permet de financer trois cents agences régionales et locales pour l’emploi.

L’aide européenne est aussi substantielle. "Pour la période 2007-2013, notre programme opérationnel "Capital humain", cofinancé à 85 % par le Fonds social européen, devrait recevoir au moins 9,5 milliards d’euros", note Beata Plonka, du ministère du travail polonais.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !