Liste des auteurs

Article de Fanny Doumayrou paru dans L’Humanité le 28 novembre 2006

Délit de solidarité à Coliposte

mardi 28 novembre 2006 par Fanny Doumayrou
mobilisation . À Créteil, 70 agents d’une plate-forme de colis de La Poste ont été sanctionnés pour avoir agi contre le licenciement d’un collègue.

La direction de La Poste n’aime pas que les salariés se mobilisent. La semaine dernière, le chef d’établissement de la plate-forme de colis de Créteil-Marais a sanctionné 70 agents pour avoir débrayé spontanément pendant quatre heures, contre le licenciement d’un collègue. « L’affaire remonte à trois mois, raconte Franck Delalande, délégué CGT du site. Ce collègue avait des ennuis personnels graves. La direction l’a pris en flagrant délit d’ébriété sur le lieu de travail et lui a infligé une mise à pied conservatoire en menaçant de le licencier. Il avait pourtant quatre années d’ancienneté, et d’excellents états de service. » À l’époque, les collègues signent une pétition de soutien. Et lors d’une négociation avec les syndicats, la direction locale s’engage à ne pas licencier l’agent. Mais trois mois plus tard, lors du conseil de discipline, coup de théâtre : les syndicalistes ont beau rappeler cette promesse, les représentants de La Poste votent allègrement le licenciement. « Entre-temps le salarié s’était rétabli, sa femme allait accoucher. Un licenciement l’aurait fait replonger », déplore Franck Delalande.

Lorsqu’ils apprennent la nouvelle, lundi dernier, les collègues présents débrayent spontanément. Le lendemain, la direction régionale cède et annonce que l’agent écopera d’un simple blâme. Mais dans la foulée le chef d’établissement inflige un avertissement aux 70 grévistes ; qui, choqués, se remettent aussitôt en grève. « La direction nous a donné raison en retirant le licenciement, mais elle ne supporte pas que les agents agissent collectivement », déplore le cégétiste. Hier, sans avoir obtenu le retrait de la sanction, les 70 agents ont décidé de suspendre le mouvement, mais ils comptent se remobiliser la semaine prochaine à l’occasion d’une semaine d’actions préparée par la CGT pour tous les salariés Coliposte d’Île-de-France. Les trois plates-formes de colis et les trente agences de distribution emploient 3 500 salariés fonctionnaires ou contractuels en CDI, plus 1 000 précaires en intérim et CDD. « Il y a un gros ras-le-bol car les conditions de travail sont difficiles, pour des salaires de 1 100 euros », résume Franck Delalande. « Entre janvier et octobre, la direction a avoué avoir recruté 1 000 personnes dans la région, ce qui témoigne d’un turnover énorme. Les gens ne restent pas car ils n’en peuvent plus. »


un Retour au XIXe siècle

Coliposte est l’activité de La Poste qui distribue les colis théoriquement à J + 2 (48 heures), à ne pas confondre avec Chronopost, activité filialisée, qui occupe le marché du J + 1. Les 6 300 salariés de Coliposte effectuent des tâches pénibles, que ce soit à la manutention dans les plates-formes colis ou dans les agences de distribution, puisqu’ils doivent livrer des colis allant jusqu’à 30 kg.

Depuis février, les conditions de travail se sont aggravées sur les plates-formes colis : la direction a décidé de revenir à un chargement « en vrac » des camions. Jusqu’à présent, les colis étaient mis dans des containers et chargés à l’aide de machines. Désormais, les salariés doivent les charger à la main ! « Un salarié seul dans un semi-remorque construit des murs de colis de 2,2 m et complète le vide au-dessus en lançant des grosses enveloppes », dénonçait en début d’année un tract de SUD. Le chargement en vrac permet de doubler le remplissage des camions. « La direction économise ainsi des trajets, aux dépens de la santé des salariés, c’est un retour au XIXe siècle », déplore Franck Delalande de la CGT.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !