Liste des auteurs

Le Monde | Philippe Bernard , Jean-Michel Bezat - le 10.02.2007

Delta du Niger : l’"or noir" et ses désastre

samedi 10 février 2007 par Jean-Michel Bezat, Philippe Bernard

Travaillant sur place pour le groupe Total depuis 1995, marié à une Nigériane, un Français a été enlevé devant chez lui, en compagnie d’une Philippine, jeudi 8 février, à Port-Harcourt (sud). Il fait partie des quelque 300 expatriés pris en otage dans la zone du delta du Niger depuis un an.

Enlèvements, sabotages d’oléoducs, siphonnage d’une partie de la production d’hydrocarbures : les violences qui secouent le sud du Nigeria depuis plus de deux ans apparaissent comme la manifestation paroxystique de cette "malédiction de l’or noir", qui associe richesse pétrolière, pauvreté des habitants, corruption et instabilité politique dans la plupart des pays africains producteurs. Ces éruptions, qui privent le Nigeria de 25 % de sa production et pèsent à la hausse sur le cours mondial du brut, attirent l’attention sur la position géostratégique centrale qu’occupe, en Afrique, le golfe de Guinée, avec ses huit Etats pétroliers : Angola, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée-Equatoriale, Nigeria, République démocratique du Congo, Sao-Tomé-et-Principe.

Après les bouleversements qu’a connus le continent depuis la fin de la guerre froide, la région, longtemps négligée et encore instable, concentre les convoitises des Occidentaux, Etats-Unis en tête, mais aussi de pays émergents comme la Chine, l’Inde ou le Brésil. Pour Washington, cette zone est le "next Gulf" (le "prochain Golfe") appelé à prendre le relais du golfe Persique. Le volume des réserves de pétrole répertoriées - dont une grande partie, offshore, se trouve à l’abri des aléas sociaux -, leur concentration sur la côte atlantique, aisément accessible, font de l’Ouest africain une zone de prédilection des intérêts américains depuis près d’une décennie. Le 11 septembre 2001 n’a fait qu’en rehausser l’attrait. La position centrale de la région en Afrique, ses richesses en minerais et en bois - le bassin du Congo est, après l’Amazonie, la deuxième forêt tropicale du monde - s’ajoutent au pétrole pour faire du golfe de Guinée un terrain géostratégique déterminant.

En 2006, l’Angola est devenu le premier fournisseur de pétrole de la Chine, et les investissements brésiliens se multiplient, du Gabon à l’Angola, confirmant le statut de la zone aux yeux des dirigeants des puissances émergentes. Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, avec plus de 130 millions d’habitants, est considéré comme le chef de file naturel de la région. Deuxième puissance économique du continent après l’Afrique du Sud, le pays revendique un siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

Sixième exportateur mondial de brut et premier producteur africain, l’ancienne colonie britannique est l’un des pays sur lesquels les Etats-Unis comptent pour sécuriser leurs approvisionnements pétroliers. Déjà 10 % des importations américaines proviennent du seul Nigeria, et Washington estime que, dans dix ans, un quart du pétrole et du gaz achetés par les Américains sera africain. Alors que les réserves camerounaises et gabonaises tendent à s’épuiser, l’avenir pétrolier au Nigeria, en Angola et en Guinée-Equatoriale semble prometteur.

MENACE SÉCESSIONNISTE

L’emprise de la corruption - 50 milliards de dollars se seraient "évaporés", sur les 350 perçus depuis l’indépendance -, les ratés du fédéralisme, les tensions religieuses et politiques qui minent le pays remettent en cause cette perspective. Partagé entre un Nord agricole et majoritairement musulman, dont plusieurs Etats pratiquent la charia, et un Sud chrétien et pétrolifère, le pays peine à trouver son unité. En dépit de la santé des cours du brut, le Nigeria végète au 159e rang - sur 177 pays - au palmarès du développement humain de l’ONU. L’espérance de vie n’y dépasse pas 44 ans. Le tableau nigérian apparaît particulièrement critique à l’approche de l’élection qui, le 21 avril, va désigner le successeur d’Olusegun Obasanjo, président élu démocratiquement en 1999 après quatre décennies rythmées par les coups d’Etat militaires.

La période électorale coïncide avec une recrudescence des mouvements qui, mêlant banditisme économique et revendications politiques, prennent pour cibles les compagnies pétrolières. Shell, Chevron, Agip, Total et d’autres sont accusées de détruire l’environnement et d’exporter leurs profits. Des bandes de jeunes désoeuvrés qui, en 1999, avaient été armées par le pouvoir pour intimider les opposants, se sont retournées contre leurs tuteurs. Mais la violence sociale ne se manifeste pas seulement dans la région du delta. Dans le nord du pays, les tensions entre musulmans et chrétiens, attisées par la concurrence foncière, sont fréquentes.

Les troubles qui sévissent dans la région du delta affectent la ressource pétrolière qui procure 70 % des revenus du pays, jetant une lumière crue sur l’insoutenable paradoxe d’un pays de cocagne dont 70 % des habitants vivent avec moins de 2 dollars par jour. Environ mille morts violentes sont comptabilisées chaque année dans le delta. S’y ajoutent les victimes des maladies respiratoires liées aux émanations toxiques et les "réfugiés écologiques" qui, menacés par la pollution de la chaîne alimentaire, s’entassent dans les bidonvilles urbains, en particulier à Lagos, mégalopole de 15 millions d’âmes.

Depuis la fin 2005, le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND) multiplie les enlèvements et les attentats, prenant pour cible principale la Shell. Il exige que 50 % des revenus du pétrole soient réaffectés aux Etats producteurs de la zone, alors que la Constitution fédérale ne prévoit qu’un taux de 13 %.

La querelle autour de la succession du président Obasanjo ne fait qu’exacerber les tensions. Au candidat du parti présidentiel, Umaru Yar’Adua, gouverneur d’un Etat musulman du Nord, sera opposé Abubakar Akitu, ancien vice-président, qui a rompu avec son mentor en 1999. Les séparatistes du delta ont averti qu’ils intensifieraient leurs actions à l’approche du scrutin d’avril. La menace sécessionniste brandie par les rebelles fait resurgir le spectre de la guerre du Biafra (1967-1970). Le conflit, qui s’était achevé sur la victoire du pouvoir fédéral, avait provoqué la mort de près de deux millions de personnes, dont les trois quarts de famine. L’enjeu central en était, déjà, le contrôle de l’exploitation pétrolière.


Une région troublée et souillée par la "merde du diable"

La "merde du diable". Nulle part ailleurs que dans le delta du Niger, le pétrole n’a autant mérité son surnom africain. Canaux de la mangrove saturés de brut, zones agricoles et de pêche dévastées, oléoducs siphonnés qui s’enflamment et causent régulièrement la mort de dizaines de riverains... "Les fuites de pétrole souillent les terres et polluent les cours d’eau, résume Amnesty International (rapport de novembre 2005) : à proximité des maisons, des fermes et des rivières, des centaines de torchères obscurcissent le ciel en plein jour et l’illuminent la nuit ; cela ne serait pas toléré dans les pays où les compagnies pétrolières ont leur siège."

Et tout cela pourquoi ? Ou pour qui ? Au Nigeria, premier producteur d’Afrique et sixième exportateur mondial de brut, l’écrasante majorité des plus de 130 millions d’habitants ne bénéficie pas de l’argent des hydrocarbures. Mais le dédommagement des victimes est l’une des revendications du Mouvement d’émancipation du delta du Niger (MEND). Responsable d’enlèvements de techniciens étrangers et d’attaques répétées contre des installations pétrolières, il envisage désormais de poser des bombes sur les forages et les tankers pour "chasser les compagnies pétrolières et stopper définitivement les exportations".

Les guérillas ont coûté en 2006 à l’Etat et aux compagnies - notamment Shell, présente depuis 1958 - un quart de la production de brut. Leurs attaques, selon le gouvernement, ont fait perdre au Nigeria 4,4 milliards de dollars en 2005, alors que 95 % des recettes d’exportation sont tirées des hydrocarbures.

Pourtant, les compagnies pétrolières se pressent plus que jamais dans le golfe de Guinée. Les majors y ont récemment fait leurs plus grandes découvertes offshore, transformant la zone en une vaste aire de lutte entre compagnies et diplomaties américaines, européennes et chinoises. Le Nigeria, d’où ils importent 10 % de leur pétrole, est important pour les Américains. Contrairement à l’Iran et au Venezuela, il ne se range pas parmi les "faucons" de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), toujours prêts à réclamer une baisse de la production quand les cours baissent. Mais Washington juge sa situation économique préoccupante et la transition démocratique lancée en 1999 "fragile", deux facteurs qui menacent la sécurité de ses approvisionnements.

Cette inquiétude est renforcée par la diplomatie de Pékin, qui tente de séduire Abuja. Un quart des importations pétrolières chinoises vient des pays du golfe de Guinée. En avril 2006, le président Hu Jintao a signé d’importants contrats : en échange de grosses fournitures de pétrole, il s’est engagé à investir au Nigeria, notamment pour moderniser les raffineries, maillon faible d’un pays qui importe... 100 % de ses produits distillés !

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !