Liste des auteurs

Un article de Paule Masson paru dans L’Humanité du 5 avril 2006

Des foules immenses malgré les manoeuvres

mercredi 5 avril 2006 par Paule Masson
Précarité . Plus nombreux encore que mardi dernier, les manifestants exigent avec les syndicats le retrait du CPE. Les tentatives de la droite de désarmer le mouvement ont échoué.

Hier dans la rue, aujourd’hui dans les locaux du Sénat, un seul mot d’ordre : « retrait du contrat première embauche ». La rédaction de la nouvelle loi réclamée par Jacques Chirac pour tenter de désamorcer la foudre antiprécarité qui s’abat sur le pays depuis deux mois est simplissime. Elle tient en trois lettres : « abrogation du CPE ». Tout choix inverse renforce la mobilisation. Cette conviction des 12 organisations de salariés, étudiants et lycéens engagés contre le CPE, ne varie pas. Hier, Bruno Julliard, le président de l’UNEF ironisait : « Villepin a réussi une excellente mobilisation le 28 mars dernier. Chirac assure le succès d’aujourd’hui ! »

Au moins aussi gros. Sinon plus. À l’issue de cette cinquième journée de mobilisation nationale, la détermination à gagner le retrait du CPE reste intacte. Une fois de plus, les tentatives de désarmer le mouvement, celles de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy ont échoué. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT s’est félicité qu’il y ait « du sang neuf dans ce mouvement », parlant des arrêts de travail dans des entreprises nouvellement venues dans l’action, notamment celles du secteur privé. Même constat du côté de la CFDT. François Chérèque en tire la conclusion que « le gouvernement et les politiques sont en train de lâcher, il faut aller au bout ».

La rigidité de ce gouvernement agace

Dans la plupart des grandes villes, les manifestations ont été plus fournies que mardi dernier. Plusieurs organisations syndicales soulignent qu’au-delà de l’exigence de retrait d’un texte de toute part contesté, l’autoritarisme du gouvernement est devenu un facteur de mobilisation en soi. « Beaucoup de salariés ne supportent plus qu’on les traite avec un tel mépris », confie Maryse Dumas, secrétaire confédérale de la CGT, sentiment confirmé par Jacky Dintinger, secrétaire général de la CFTC « la rigidité de ce gouvernement commence sérieusement à agacer ».

Et pas qu’en France, à en juger par le nombre impressionnant de soutiens provenant d’autres pays. Comme au moment de la campagne référendaire sur la constitution européenne, les yeux se braquent sur la France. Bruno Julliard fait état de plus d’une vingtaine d’organisations étudiantes ayant fait part à l’UNEF de leur solidarité. Karl Stoeckel, président de l’UNL évoque les encouragements de lycéens d’Irlande, Italie, Dannemark, Espagne, Autriche ou Pays-Bas. La CGT comme FO racontent recevoir des dizaines de mails, fax ou courriers. Présent en tête de la manifestation parisienne, John Monks, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats insiste : « Ce n’est pas seulement un problème français. il existe un système semblable en Grèce et nous savons que l’Allemagne et les Pays-Bas s’intéressent au plan de Villepin, qui représente une approche néolibérale de l’emploi. » Et d’affirmer : « Toute l’Europe est derrière vous ».

Pas de discussion sans retrait

L’étau continue donc de se resserrer autour du gouvernement qui, depuis l’intervention de Jacques Chirac, entretient la plus totale confusion. Nicolas Sarkozy a joué du téléphone, choisissant d’appeler certaines organisations, pas toutes. « Le président de l’UMP n’a pas dû trouver mon numéro de téléphone ! » ironise Annick Coupé, porte-parole de Solidaires. « On a pris l’habitude d’être ignoré », grince pour sa part Karl Stoeckel. Après avoir parlé aux confédérations et à l’UNEF ce week-end, il a daigné contacter la FSU lundi. Gérard Aschieri raconte : « Il m’a dit qu’il voulait discuter sans tabou. J’ai demandé ce que cela voulait dire. Il m’a répondu "on discute sans tabou". Nous, nous disons, abrogez et nous allons discuter. » Jacques Voisin, président de la CFTC relate aussi son dialogue avec Bernard Accoyer : « Il m’a dit "tout est possible pour la nouvelle loi". Je lui ai demandé "même abroger le CPE ?" Il m’a répondu "tout est possible". Mais il n’y a pas de discussion possible sans retrait. » Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale a, en tout cas, été chargé d’inviter officiellement les syndicats à discuter, à partir de demain au Sénat et un par un. Dans sa lettre, il assure vouloir dialoguer « sans préjugé », tout en respectant le cadre fixé par le président de la République qui lui, a clairement réclamé des aménagements au CPE. Les syndicats vont s’y rendre, juste pour expliquer une fois de plus qu’il faut retirer le CPE. Les douze de l’intersyndicale se retrouvent ce matin pour décider de la suite. Et « il y en aura », affirment-ils en coeur.


3,1 millions de manifestants

Albi, 18 000 ; Alençon, 4 000 ; Angers, 17 000 ; Arles, 5 000 ; Avignon, 30 000 ; Bar-le-Duc 900 ; Bayonne, 13 000 ; Besançon : 10 000 ; Blois, 10 000 ; Bordeaux, 120 000 ; Boulogne-sur-Mer 7 000 ; Bourges, 7 000 ; Brest, 30 000 ; Caen, 40 000 ; Calais, 7 000 ; Châlons-en-Champagne, 1 100 ; Charleville-Mézières, 4 000 ; Chateauroux, 5 500 ; Châtellerault, 4 000 ; Cherbourg, 12 000 ; Clermont-Ferrand, 50 000 ; Douai, 3 500 ; Épernay, 1 000 ; Épinal, 6 000 ; Évreux, 8 000 ; Foix, 8 000 ; Grenoble, 60 000 ; Guingamp, 700 ; Lannion, 8 000 ; Le Havre, 25 000 ; Le Mans, 35 000 ; Lille, 45 000 ; Limoges, 31 000 ; Lorient, 28 000 ; Lyon, 45 000 ; Marseille, 250 000 ; Metz, 8 000 ; Montauban, 8 000 ; Montpellier, 45 000 ; Mulhouse, 4 000 ; Nancy, 52 000 ; Nantes, 100 000 ; Niort, 10 000 ; Orléans, 20 000 ; Paris, 700 000 ; Pau, 40 000 ; Perpignan, 20 000 ; Poitiers, 25 000 ; Quimper, 15 000 ; Reims, 16 000 ; Rennes, 50 000 ; Roanne, 30 000 ; Rouen, 40 000 ; Saint-Brieuc, 30 000 ; Saint-Denis de la Réunion, 12 000 ; Saint-Dié, 1 000 ; Saint-Étienne , 40 000 ; Saint-Malo, 8 000 ; Saint-Pierre de la Réunion, 6 000 ; Strasbourg, 20 000 ; Toulouse, 90 000 ; Tours, 20 000 ; Vannes, 11 000 ; Verdun 900...

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !