Liste des auteurs

Un entretien réalisé par Pierre Henri Lab paru dans l’humanité du 22 septembre 2005

« EDF doit demeurer publique à 100 % »

jeudi 22 septembre 2005 par Pierre-Henri Lab, Jean-Christophe Le Duigou
Jean-Christophe Le Duigou est secrétaire confédéral de la CGT. Il estime que la privatisation partielle d’EDF ne servira qu’à l’investissement financier. Entretien.

La CGT évoque une crise énergétique dont l’ampleur serait comparable à celle de l’immédiat après-guerre et au choc pétrolier. Pourquoi ?

Jean-Christophe Le Duigou. Nous ne sommes pas pour le moment confrontés à « la fin du pétrole » mais à des tensions très fortes liées à la nature et à l’ampleur du développement économique qu’il faut promouvoir. L’émergence de la Chine, du Brésil et de l’Inde, qui se donnent les moyens d’une croissance économique soutenue, provoque une hausse de la demande énergétique. Face à cela, on s’aperçoit que les énergies fossiles consommées ne pourront pas être réutilisées et que, sous la pression de la rentabilité financière, les investissements qui auraient dû être effectués dans la production énergétique ne l’ont pas été. Ce déséquilibre entre l’offre et la demande énergétique provoque une montée des tensions. Tension particulièrement manifeste à travers des conflits localisés dont lest le contrôle des sources d’énergie. La guerre en Irak, la tentative de déstabilisation de Hugo Chávez au Venezuela ou l’intervention américaine en Afghanistan, avec en toile de fond l’enjeu de la construction d’un futur oléoduc, ne sont pas dénuées de visées stratégiques liées à la maîtrise des ressources pétrolières et gazières. Le déséquilibre entre l’offre et la demande ouvre également une période où l’énergie sera globalement plus chère. Ce n’est donc pas le moment d’abandonner la maîtrise de la filière énergétique, de l’outil de production nucléaire et plus généralement de la conduite d’une politique énergétique permettant de répondre à des besoins de long terme. Dans ce contexte, des grandes entreprises nationales comme EDF, qui ont fait la preuve de leur efficacité dans des situations antérieures particulièrement difficiles comme celle de l’après-guerre ou du choc pétrolier, doivent demeurer aujourd’hui à 100 % publiques. L’électricité est, en effet, la condition de l’efficacité d’un certain nombre de secteurs industriels et même d’un certain nombre de services. L’électricité bon marché a permis de maintenir en France des productions qui, sans cela, auraient été abandonnées ou délocalisées. Nous estimons à plusieurs centaines de milliers le nombre d’emplois qui dépendent aujourd’hui du prix compétitif de l’électricité en France, en particulier dans les entreprises dites électro-intensives des secteurs de la métallurgie, de la chimie, du verre ou du papier.

En quoi l’ouverture du capital d’EDF est-elle une réponse inappropriée aux enjeux que vous venez de décrire ?

Jean-Christophe Le Duigou. Dire que cette ouverture du capital va servir à l’investissement d’EDF est un abus. L’investissement dans quoi ? Dans le rachat de tel ou tel gazier, alors que nous avons déjà Gaz de France ? Les 7 à 9 milliards d’euros que devrait dégager la privatisation partielle d’EDF ne sont pas destinés à développer des capacités de productions énergétiques. Ils vont, bien au contraire, servir à l’investissement financier. À l’échelon européen, près de cent milliards d’euros ont ainsi déjà été dilapidés dans les restructurations capitalistiques du secteur énergétique sans que cela conduise à de nouveaux investissements dans des moyens de production. Avec l’ouverture du capital, c’est dans cette voie que le gouvernement propose de poursuivre. C’est évident, EDF a des besoins de financement, notamment parce qu’il y a eu des choix de gestion désastreux qui sont aujourd’hui coûteux pour l’entreprise. Mais il y a bien d’autres moyens pour une entreprise économiquement viable de trouver des ressources pour assurer son développement. La capacité d’autofinancement d’EDF est importante. Ses capacités d’emprunts ne sont pas toutes mobilisées. Enfin la collectivité nationale peut également faire face à certains besoins. L’introduction de capital privé va en second lieu modifier les choix de gestion de l’entreprise nationale en privilégiant la rémunération aux actionnaires, au détriment du service public. C’est ce qui se prépare avec un objectif de doublement des dividendes que versera EDF. Autant de moins pour le développement...

Cette ouverture du capital s’inscrit dans le cadre européen de la libéralisation du secteur énergétique...

Jean-Christophe Le Duigou. Si l’espace européen est un espace pertinent en matière de production, d’échange et de coopération énergétique, la logique de concurrence qui y est promue depuis quinze ans par la Commission européenne est désastreuse. Premièrement. La montée des prix, provoquée par la concurrence, ne conduit pas automatiquement au développement des investissements par les opérateurs - ceux-ci ont intérêt à ce sous-investissement structurel pour s’assurer une rentabilité maximale - alors que, l’électricité ne se stockant pas, le niveau de production doit être aligné sur le niveau de consommation de pointe. EDF peut être tentée de privilégier des marchés extérieurs rémunérateurs au prix de ruptures d’approvisionnement. La France connaîtra-t-elle la situation de la Californie ou de l’Italie ? Deuxièmement. Les investissements à opérer sont des investissements lourds, que le marché a du mal à prendre en charge. À l’opposé de la concurrence, la France devrait proposer un type original de coopération électrique en Europe. Ainsi, plutôt que de privatiser EDF, elle devrait en faire un pilier de la réponse européenne aux enjeux énergétiques. Pourquoi ne pas faire en matière d’énergie en Europe ce qui a été réalisé avec Airbus ou Ariane Espace pour répondre aux enjeux de production électrique, d’indépendance énergétique et d’un prix permettant de maintenir des industries électro-intensives dans - l’espace européen ?

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !