Liste des auteurs

Unarticle de Feryel Gadhoum et Frédéric de Monicault paru dans Le Figaro du 7 mars 2006

EDF trébuche sur les prix du gaz

vendredi 7 avril 2006 par Frédéric de Monicault, Feryel Gadhoum
Le plus grand appel d’offres public jamais passé dans le gaz en France a échoué. Ni EDF ni Gaz de France, qui conserve le contrat, n’ont proposé mieux que les prix réglementés.

C’EST L’HISTOIRE d’une initiative qui montre à quel point la concurrence sur le marché de l’énergie est encore largement entravée. En novembre dernier, le Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Ile-de-France (Sigeif) lance un appel d’offres concernant la fourniture de gaz naturel pour près de deux millions de Franciliens (via 143 collectivités publiques).

Depuis le début de la libéralisation du marché, jamais un processus d’une telle ampleur n’a été déclenché à l’échelle des collectivités. Le contrat court sur deux ans (à partir du 1er juillet 2006). Le Sigeif ne manque pas de le souligner : cette opération est le test par excellence pour s’assurer de la réalité, ou non, de l’ouverture des marchés.

De solides ambitions dans le gaz

Tous les fournisseurs gaziers se mettent effectivement sur les rangs, à commencer par Gaz de France , l’opérateur actuel, mais aussi EDF , qui affiche désormais de solides ambitions dans le gaz. Prévu pour être rendu public aujourd’hui, l’appel d’offres énergétique du Sigeif vient d’être déclaré infructueux. Autrement dit, aucun fournisseur en lice n’a été en mesure de faire une offre plus attractive que les prix réglementés proposés actuellement par Gaz de France. Les collectivités concernées vont donc conserver les conditions tarifaires actuelles, clairement imbattables.

Sans doute les consommateurs peuvent-ils s’en réjouir, mais les défenseurs de la libéralisation du marché de l’énergie beaucoup moins. Une fois de plus, c’est le caractère réglementé des prix du gaz qui fait débat. « Non seulement le gouvernement freine artificiellement la hausse des prix du gaz (+ 5,8% à partir du 1er avril alors que l’entreprise réclamait une majoration de 8,1%), mais il vient également de décider de les bloquer pour une longue durée », souligne un spécialiste du secteur.

Un nouvel appel d’offres pour le second semestre 2007

Effectivement, pour s’épargner le psychodrame politique lié depuis plusieurs mois aux prix du gaz, le gouvernement a décidé de maintenir les tarifs inchangés jusqu’au 1er juillet 2007, au lendemain de l’élection présidentielle. D’ores et déjà, le Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Ile-de-France (Sigeif) n’envisage de lancer un nouvel appel d’offres que lorsque ces contraintes auront été levées.

Mais le seront-elles avec l’émergence du nouveau géant Suez-Gaz de France ? « Car avec deux blocs face à face, on risque de cultiver l’immobilisme en matière de concurrence, un groupe, EDF, ayant 85% de parts de marché de l’électricité et 15% du gaz, et l’autre, Suez-Gaz de France, affichant 85% dans le gaz et 15% dans l’électricité », souligne un analyste.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !