Liste des auteurs

Un article de Jean-Michel Bezat paru dans Le Monde du 3 septembre 2005

EDF veut s’introduire en Bourse dès le mois d’octobre

samedi 3 septembre 2005 par Jean-Michel Bezat

L’ouverture du capital d’EDF pourrait intervenir dès le mois d’octobre, comme le souhaite son PDG, Pierre Gadonneix. Il devrait en effet adresser aux analystes, mardi 6 septembre, le document de base, visé par l’Autorité des marchés financiers (AMF), qui retrace la situation et les perspectives du groupe d’électricité, selon La Tribune du 2 septembre. Le placement des titres auprès du public, qui commencerait alors mi-octobre, rapportera environ 9 milliards d’euros à l’Etat.

Cette ouverture de capital ­ inscrite dans la logique de la loi du 9 août 2004 sur la transformation d’EDF en société anonyme ­ est loin de faire l’unanimité, même si l’Etat gardera au moins 70 % du capital. Convoqués jeudi pour un comité central d’entreprise consacré à la question (ainsi qu’à l’actionnariat salarié et au contrat avec l’Etat sur les obligations de service public du groupe), les représentants CGT, CFDT et FO du personnel ont quitté la séance après la lecture d’une longue déclaration commune.

Ces projets vont, selon ce texte au ton virulent, "à contre-sens des enjeux économiques et sociaux d’avenir et de l’attente exprimée par les agents, les citoyens et les élus". Après avoir développé un argumentaire technique, financier et social, ils ont conclu, à l’adresse de la direction : "Vous ne travaillez pas à répondre aux besoins industriels et sociaux, vous faites la simple promotion du libéralisme (...). C’est de la basse oeuvre."

La direction, elle, justifie l’opération par la concurrence accrue en Europe et les besoins du groupe en fonds propres. D’autant que le gouvernement lui a demandé un effort d’investissement supplémentaire pour répondre à la menace croissante d’une pénurie d’énergie. Dominique de Villepin, le premier ministre, a révélé, jeudi, que le groupe s’était engagé à investir chaque année, dès 2006, 1 milliard d’euros de plus que prévu dans le cadre de son plan stratégique afin de renforcer son outil de production, portant son enveloppe d’investissements annuelle à 4 milliards d’euros.

CLARIFIER LA SITUATION

Le groupe de M. Gadonneix a dû avancer sur deux autres dossiers importants pour clarifier sa situation aux yeux des investisseurs avant l’ouverture de capital. La filialisation du Réseau de transport d’électricité (RTE), jusqu’à présent une direction d’EDF, est faite. Le groupe se conforme ainsi aux règles européennes, qui obligent les opérateurs à scinder la production et la gestion du réseau de transport.

Avec 100 000 km de ligne à haute ou très haute tension et 8 000 salariés, la nouvelle entité, baptisée RTE EDF Transport, gérera le plus grand réseau d’Europe. "Il a vocation à ouvrir son capital à des actionnaires publics, en 2006 ou 2007", rappelait en juin son président, André Merlin. La Caisse des dépôts et consignations serait intéressée par une participation de l’ordre de 30 %.

Second dossier : le rachat d’Edison. Les banques italiennes Capitalia, Sanpaolo IMI et Banca Intesa ont annoncé, jeudi, la cession à EDF de 23 % d’Italenergia Bis (Ieb), holding de contrôle du numéro 2 italien de l’énergie, et d’une participation directe de 3 % dans Edison. Ces banques détiennent encore 14 % (rachetés en 2002 à FIAT), qui seront cédés fin septembre. EDF pourra alors, avec le groupe milanais d’électricité et de gaz AEM, lancer une OPA conjointe sur le capital flottant du groupe (36,7 % environ).

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !