Liste des auteurs

Olivier Auguste et Feryel Gadhoum | Le figaro le 16.11.2007

Électriciens et gaziers : ouverture des négociations

vendredi 16 novembre 2007 par Olivier Auguste, Feryel Gadhoum
Les entreprises semblent prêts à consacrer des moyens importants pour faire passer la réforme.

La gêne des usagers a focalisé l’attention, depuis mercredi, sur les grèves à la SNCF et à la RATP. Mais, dès ce matin, il faudra suivre avec attention l’évolution du conflit au sein des industries électriques et gazières. Des négociations s’ouvrent en effet entre syndicats et patronat de cette branche (140 entreprises, dont surtout EDF et GDF). Elles portent à la fois sur les salaires et sur le régime spécial de retraite de la branche. Elles se dérouleront au siège de Gaz de France dont le PDG, Jean-François Cirelli, ouvrira la séance.

Quatre des cinq syndicats représentatifs (FO, CFDT, CFTC, CGC) ont en principe annoncé leur participation. Après avoir hésité jusqu’au bout, la CGT a décidé, hier soir, de ne pas les rejoindre. Le syndicat majoritaire n’a pas obtenu de garantie sur la présence d’un représentant du gouvernement – la CGT en a fait la condition pour accepter des discussions régime par régime. Mais l’État conditionne la venue d’un représentant à la levée de la grève. Or, même si la participation était très faible hier (4 %), des préavis courent encore pour les prochains jours.

Quoi qu’il en soit, sans prétendre qu’il sera facile de trouver un accord, les différentes parties affichent leur intention de tenter de s’entendre rapidement, au moins sur quelques points clés. Quitte à y passer le week-end, envisagent déjà certains participants.

Des propositions sur les salaires

Nul doute que le gouvernement a en tête l’idée que, si des avancées se concrétisaient, elles mettraient une certaine pression sur les syndicats et la direction de la SNCF – là où le conflit est le plus dur, selon plusieurs observateurs – pour trouver un accord sur « leur » régime spécial. « Cela n’a pas grand sens, estime Marie-Hélène Gourdin, de la CFDT-énergie. Les réalités entre les entreprises sont très disparates. Par exemple, la SNCF propose la création d’un compte épargne-temps ; nous en avons un depuis quinze ans. » Pourtant, la CGT-énergie a décidé de boycotter la réunion de ce matin après avoir consulté ses homologues de la SNCF et de la RATp !

« On a bien conscience que tout le monde nous regardera, reconnaît Jean-François Cirelli. Nous avons des propositions à faire, notamment sur les salaires où nous sommes prêts à aller plus loin que les augmentations annuelles traditionnelles. Et nous sommes prêts à parler de la pénibilité, à créer une retraite complémentaire, à améliorer la prévoyance… »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !