Liste des auteurs

Article de VINCENT FERTEY paru dans le Figaro le 21 juillet 2006

En dépit d’une forte croissance, les pays les plus pauvres ne créent pas d’emplois

vendredi 21 juillet 2006 par VINCENT FERTEY
Dans son rapport annuel, la Cnuced dénonce l’insuffisance des capacités de production dans les pays les moins avancés.

APPAREMMENT, les cinquante pays les moins avancés (PMA) profitent de la formidable croissance économique mondiale. En 2004, leur produit intérieur brut (PIB) a augmenté en moyenne de 5,9 %, un taux record pour les deux dernières décennies. Mais ce chiffre masque une réalité sociale bien différente : les PMA, qui rassemblent 10 % de la population mondiale, n’arrivent pas à améliorer le bien-être de leurs habitants. Cette « embellie relative », note Habib Ouane, directeur à la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement), cache en effet une forte vulnérabilité principalement due à des infrastructures économiques vacillantes.

Le système productif est grippé par un niveau d’emploi trop faible pour que la population de ces pays profite des retombées de la croissance. Un « défi majeur », selon M. Ouane, pour qui la « mobilisation insuffisante des ressources intérieures fait que la croissance économique ne permet pas de réduire la pauvreté ». Selon le rapport publié par l’organisme onusien, la décennie 2000-2010 devrait voir la population active non agricole augmenter plus vite que celle du secteur agricole. Il y aura donc créations d’emplois si une industrie se développe, capable d’absorber une urbanisation grandissante.

Réorienter les aidesActuellement, dans ces pays, l’absence de liens entre secteurs économiques empêche toute dynamique de transformation de la matière première en produits finis. Avec une majorité des biens exportés à l’état brut et un investissement étranger direct qui ne représente que 1,6 % des flux mondiaux, le secteur industriel est pour le moment loin de représenter la colonne vertébrale de ces économies. « Nous avons besoin d’un changement de paradigme au niveau international », a ajouté le présentateur du rapport. Et de poursuivre : « Il faut arrêter de se focaliser sur l’aide destinée à la santé et à l’éducation. » Après une tendance à la baisse dans les années 1990, les flux d’aide ont doublé en 2004. Ils ont principalement servi à alléger la dette ou à financer l’aide d’urgence. La solidarité internationale devrait donc se polariser sur la rénovation des infrastructures économiques afin de créer des emplois productifs et de rendre ces pays plus autonomes.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !