Liste des auteurs

Un article Cécile Chambraud paru dans Le Monde du 5 octobre 2005

Endesa met tout en œuvre contre l’OPA de Gas Natural

mercredi 5 octobre 2005 par Cécile Chambraud
Endesa contre-attaque. Un mois après que Gas Natural, la première firme gazière d’Espagne, a annoncé son intention de lancer une offre publique d’achat (OPA) hostile contre la première entreprise électrique espagnole, celle-ci met en œuvre la consigne de son PDG, Manuel Pizarro : "Se battre bec et ongles".

Dans une présentation remise à la commission nationale du marche des valeurs (CNMV), régulateur du marché boursier espagnol, Endesa affirme, entre autres, que les actions de Gas Natural sont surévaluées de quelque 11 %, que le prix offert pour l’achat d’Endesa (21,30 euros par action, valorisant l’électricien à environ 22,5 milliards d’euros) est "clairement insuffisant", que l’opération projetée aboutirait à "donner" des actifs stratégiques et à "détruire de la valeur" pour l’actionnaire. Bref, qu’à ses yeux, cette OPA "est inacceptable".

Lors d’une conférence de presse, le directeur général de l’entreprise, Rafael Miranda, a également accusé Gas Natural de financer en partie l’achat d’Endesa par la vente ultérieure d’actifs de l’entreprise électrique, qui plus est à l’un des ses concurrents directs, Iberdrola.

Dans le document remis à la CNMV, la direction d’Endesa s’engage à verser plus de 7 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires dans les cinq prochaines années, soit une augmentation annuelle de 12 %. Elle redistriburait notamment la totalité des plus-values obtenues lors de l’exécution de son plan de désinvestissement, au premier rang duquel figure la vente de sa participation dans la compagnie de téléphonie mobile Auna, en juillet.

Cette dernière opération devrait ainsi permettre, selon la direction d’Endesa, le versement d’un dividende d’environ 1 euro par action "dès que possible".

L’annonce de l’OPA a donc conduit Endesa à changer ses plans : initialement, la plus-value issue de la vente d’Auna devait servir en partie à réduire sa dette financière. Depuis le début de l’année, le groupe électrique a vendu pour 912 millions d’euros d’actifs (hors Auna), avec une plus-value de 225 millions d’euros.

La CNMV avait rappelé à Endesa, le 12 septembre, qu’aux termes de la réglementation espagnole, une entreprise qui fait l’objet d’une OPA n’a pas le droit de prendre des initiative dont la conséquences de "perturber le développement de l’offre" .

Parallèlement à la bataille entrepreneuriale, l’initiative de Gas Natural a déclenché une empoignade politique. Gas Natural, dont le principal actionnaire est la banque catalane Caixa (dont est issu le président du gazier, Salvador Gabarro), et Endesa, dont la Caja Madrid détient 9 % du capital, ont chacun trouvé des appuis. L’opposition conservatrice, regroupée dans le Parti populaire (PP), accuse le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero de soutenir, en même temps que l’OPA, une opération pilotée par des intérêts financiers catalans.

Dans un entretien au quotidien économique espagnol L’Expansion du 30 septembre, le ministre espagnol de l’industrie, José Montilla, qui est également secrétaire général des socialistes catalans, a accusé en retour le PP et Endesa de faire cause commune pour politiser l’opération. Il dénonce la menace, brandie par M. Pizarro, de porter l’affaire devant l’Union européenne, au lieu de laisser les autorités espagnoles trancher.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !