Liste des auteurs

L’Humanité | Lénaïg Bredoux le 19 février 2007

Energy Plast en liquidation

lundi 19 février 2007 par Lénaïg Bredoux
Bagagerie . L’ancienne usine Samsonite à Hénin-Beaumont est occupée par ses salariés depuis le 29 janvier. Ils dénoncent une fraude

C’était devenu un secret de polichinelle. Des caisses vides, des charges de travail de plus en plus faibles et finalement, à la fin janvier, un directeur qui annonce qu’il ne pourra pas payer les salaires. Le tribunal de commerce de Paris a prononcé, jeudi, la liquidation judiciaire d’Energy Plast, l’usine de fabrication de bagages qui emploie 204 personnes à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Occupée par les salariés depuis le 29 janvier, elle s’était mise en cessation de paiement au début de la semaine dernière.

Lors de l’audience au tribunal, selon Fiodor Rilov, l’avocat du comité d’entreprise, le procureur a affirmé qu’il demandera l’extension de la liquidation à l’ensemble du groupe Samsonite. Une procédure qui vise à obliger l’entreprise à respecter ses obligations sociales et financières vis-à-vis de sa filiale. L’usine de valises de Hénin-Beaumont, devenue Energy Plast, a été vendue par la maison mère à un holding luxembourgeois en septembre 2005 avec comme projet de fabriquer des panneaux solaires.

Mais les salariés accusent Samsonite d’avoir monté la cession pour éviter un plan social. L’intérêt : protéger l’image de marque du leader mondial de la bagagerie et faire des économies. En effet, selon les délégués CGT (le seul syndicat de l’entreprise du Pas-de-Calais), un plan de sauvegarde de l’emploi aurait coûté « entre 15 et 20 millions d’euros » à Samsonite. Une somme à comparer aux « 9 millions d’euros » que le groupe basé en Belgique a versés aux repreneurs qui n’ont sorti aucun panneau solaire en un an et demi et qui travaillent toujours à plus de 80 % pour l’ancien propriétaire.

Selon Fiodor Rilov, le procureur du tribunal de commerce de Paris a « partagé l’analyse du comité d’entreprise et des salariés quant à l’existence d’une fraude » : « Il déduit de cette fraude et de son ampleur que la société Energy Plast est une structure fictive, montée de toutes pièces par Samsonite pour échapper à ses responsabilités sociales. » « Dans le jeu, on a perdu, on va perdre nos emplois, explique Jean-Marc Mairesse, le secrétaire du CE (CGT), mais Samsonite va commencer à trembler. » Une autre procédure est en cours devant le tribunal de grande instance de Paris pour faire reconnaître la fraude. La décision a été mise en délibéré au 13 mars.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !