Liste des auteurs

Laetitia Clavreul , Jean-Pierre Tuquoi | Le Monde le 17.10.2007

Envolée du prix des céréales : menace sur les pays pauvres

mercredi 17 octobre 2007 par Jean-Pierre Tuquoi, Laetitia Clavreul

Alors que 854 millions de personnes souffrent de sous-alimentation dans le monde, une question nouvelle hante l’édition 2007 de la Journée mondiale de l’alimentation, fixée à mardi 16 octobre : quel sera l’impact de la hausse actuelle des cours des céréales sur les populations ? Récemment, l’Agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a fait part de son inquiétude pour les populations des pays pauvres et importateurs de céréales, et évoqué des risques de troubles sociaux.

Pourquoi la hausse ? Elle est surtout due au blé, et réside dans le cumul de cinq facteurs liés les uns aux autres : la révision à la baisse des prévisions de récolte mondiale pour 2007-2008, une demande soutenue, la baisse des stocks, la spéculation et l’essor des agrocarburants.

Jusqu’à quand ? Ces prix au plus haut devraient inciter à produire davantage de blé en 2008, et donc aboutir à une baisse des cours. Mais ils ne devraient pas retrouver les bas niveaux des dernières années, pour les raisons structurelles avancées ci-dessus. Au cours des dix prochaines années, de nombreux produits pourraient se maintenir à des niveaux relativement élevés, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la FAO dans un document commun publié en juillet.

Existe-t-il un risque d’extension de la crise ? Les populations des pays pauvres fortement importateurs de céréales pourraient se replier sur des productions locales (mil, sorgho...) pour l’instant non touchées. Celles-ci pourraient flamber à leur tour. Et avec l’accroissement de l’alimentation animale à base de céréales, la viande pourrait voir ses prix s’envoler.

Quels sont les pays les plus touchés ? "Le problème est universel. Pour la première fois peut-être, que l’on habite un pays riche ou pauvre, on parle la même langue : les Italiens s’inquiètent du prix des pâtes, les Guatémaltèques de celui de la galette de maïs, les Français et les Sénégalais de celui du pain", note Abdolreza Abbassian, expert à la FAO. Mais la facture est particulièrement lourde pour les Etats importateurs nets, surtout s’ils ne sont pas producteurs de pétrole, les coûts du fret augmentant également.

Avant l’envolée du blé de ces deux derniers mois, la FAO estimait que la facture des importations alimentaires des pays les moins avancés (PMA) et des pays à faible revenu et déficit vivrier (c’est-à-dire alimentaire) pourrait, en 2007, s’alourdir de 10 % sur un an, contre 2,3 % pour les pays développés. Dans ces pays, les céréales et l’huile végétale représentent les deux tiers des importations alimentaires. La FAO se disait frappée de l’inégalité de l’évolution, estimant que le panier alimentaire des importations allait augmenter de 90 % dans les PMA, contre 22 % pour les pays développés, entre 2000 et 2007.

En octobre, elle a estimé que la seule facture des importations céréalières des pays les plus pauvres serait en hausse de 14 % en 2007-2008, par rapport au niveau déjà élevé de l’année précédente.

Quels effets négatifs redouter ? "Avant, les prix étaient si bas que notre tropisme était de nous inquiéter pour les producteurs. Nous allons devoir maintenant analyser les conséquences du nouveau contexte sur les consommateurs", estime M. Abbassian. Quel que soit le continent, les plus pauvres seront les plus touchés, et particulièrement les populations urbaines, qui ne produisent pas de denrées.

L’impact sera plus ou moins fort sur le pouvoir d’achat : dans les pays développés, les dépenses alimentaires représentent de 10 % à 20 % du budget des ménages, contre 60 % à 90 % dans les pays pauvres. "Quand 90 % des dépenses vont à la nourriture, une augmentation de 20 % du prix des céréales est tout simplement dramatique", explique Françoise Gérard, économiste au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). "Pour éviter des émeutes de la faim, les Etats vont tenter de limiter la hausse des prix, comme au Mexique avec les tortillas ou au Sénégal avec le pain", poursuit-elle, redoutant que certains gouvernements, qui n’en auront pas les moyens, perdent le contrôle de la situation. D’aucuns se demandent aujourd’hui quel effet aura la hausse sur l’aide alimentaire. Ainsi, aux Etats-Unis, son niveau est basé non sur la demande mais sur l’offre, et les stocks sont au plus bas. Ailleurs, elle est fixée dans les budgets en valeur, ce qui donnera, à enveloppe constante, des volumes plus faibles.

Peut-il y avoir un impact positif ? "En Afrique de l’Ouest, 60 % à 80 % de la population est paysanne. La hausse des céréales va donc accroître les revenus et réduire la pauvreté", explique Pascal Erard, du Comité français pour la solidarité internationale. Le phénomène pourrait aussi freiner l’exode rural. Mais les hausses de revenus ne seront pas au rendez-vous pour tous. Dans les PMA, les agriculteurs produisent souvent à peine de quoi nourrir leur famille et ont peu ou rien à vendre. Ils ne devraient donc pas pouvoir augmenter leur production, contrairement à ceux des pays émergents qui devraient davantage tirer parti du contexte.


Journée mondiale de l’alimentation

Chiffres. La FAO a choisi le "droit à l’alimentation" comme thème de la Journée mondiale de l’alimentation, organisée mardi 16 octobre. Ce droit est fondamental pour l’homme mais "souvent bafoué", écrit l’Organisation des Nations unies, plus de 850 millions d’êtres humains continuant à être victimes d’une grave insécurité alimentaire.

Définition. D’après la législation internationale, ce droit reconnaît à tout être humain l’accès régulier à une nourriture suffisante, lui permettant de mener une vie saine et active. Ce "droit à l’alimentation" signifie aussi la possibilité de se nourrir "dignement" (par le travail, notamment), sans devoir faire appel à l’Etat, une association, etc.


Au Maroc, l’augmentation du prix du pain provoque des manifestations

Le ministère de l’agriculture se veut rassurant : le Maroc n’est pas à la veille de manquer de blé. Les stocks actuels permettent de couvrir les besoins des deux mois à venir et des achats passés sur le marché international devraient aider à franchir le début 2008. Le lancement d’autres appels d’offres, pour plusieurs millions de quintaux de blé tendre, est imminent...

"Le Maroc a rejoint l’Egypte et l’Irak comme gros acheteur de céréales", commente un intervenant du marché à terme européen (Euronext). La campagne céréalière 2006-2007, marquée par une sécheresse sans précédent au printemps, a été catastrophique dans le royaume. De 90 millions de quintaux en 2005-2006 (une année excellente), la production nationale de céréales est revenue à 20 millions. Celle de blé tendre a dégringolé encore plus.

Le recours au marché international, où les cours flambent, a des conséquences pour le consommateur marocain : le prix de la baguette de pain a augmenté de 25 % environ, fin septembre. "Le prix de la baguette ou d’un pain rond a augmenté deux fois depuis le mois de septembre, pour se stabiliser à 1,50 dirham (0,14 euro)", a déploré L’Opinion, journal du Parti de l’Istiqlal (PI, nationaliste), formation du nouveau premier ministre.

Les syndicats ont peu réagi à la hausse. L’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), confédération syndicale proche de l’Istiqlal, a averti que "l’atteinte au pouvoir d’achat est une atteinte réelle et préméditée à la paix sociale". Et le journal francophone des anciens communistes, Al Bayane, a invité les autorités à "veiller à ce que les prix des denrées alimentaires ne dépassent pas certaines lignes rouges".

L’ETAT A PRIS LA HAUSSE À SA CHARGE

L’avertissement n’a pas été suivi. Fin septembre, des heurts violents entre des policiers et des manifestants qui protestaient contre la hausse des prix des produits alimentaires à l’appel de l’Association marocaine de défense des droits humains (AMDH) se sont produits à Sefrou, ville située dans le centre du royaume. Une cinquantaine de blessés ont été dénombrés et des dizaines d’arrestations ont été opérées par les forces de l’ordre. Selon les témoins, les dégâts matériels ont été très importants.

Pour éviter que le mouvement de protestation ne s’élargisse à d’autres villes, comme ce fut le cas dans les années 1980, à l’époque d’Hassan II, le régime a préféré faire machine arrière. La hausse du prix du pain a été ramenée à son niveau antérieur. L’Etat, a décidé le roi actuel Mohammed VI, prendra à sa charge l’envolée des cours, que le consommateur n’entend pas supporter.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !