Liste des auteurs

Claude Belmont Le figaro le 23/06/2008

Font-Romeu redevient un laboratoire du solaire

jeudi 26 juin 2008 par CLAUDE BELMONT
Poweo, Sunergie, EDF… les investissements se multiplient autour de Thémis, la célèbre centrale solaire fermée il y a vingt ans.

Vingt-cinq ans après son inauguration, en 1983, l’éphémère centrale électrique solaire Thémis (fermée en 1986 par EDF) va enfin rentrer dans un cycle industriel. Les 102 hectares de ce site pionnier installé à Targasonne, près de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales), doivent abriter au moins trois projets industriels après des années de sommeil.

Le site a été sauvé de l’abandon définitif par la providentielle présence d’astrophysiciens du CNRS, du CEA, du Cern qui avaient transformé les héliostats en capteurs à photons. Depuis, chercheurs et industriels du solaire ont réinvesti ce haut lieu de l’expérimentation. Poweo installe pour le printemps prochain sa première centrale solaire à haute concentration. Le rayonnement solaire est récupéré grâce à vingt-cinq panneaux-trackers qui suivent l’astre et concentré grâce à des lentilles de Fresnel.

« Nous travaillons sur le rayonnement direct du Soleil. Et il y a peu d’endroits en France où le rayonnement est suffisamment fort. Notre initiative industrielle permettra à la fois de tester le fonctionnement à cette latitude et de produire de l’électricité. La proximité avec les équipes de ­chercheurs du laboratoire Promès du CNRS offre un bon environnement scientifique général sur le solaire », explique Christophe Jurczak, directeur des énergies renouvelables chez Poweo.

Ce premier projet modeste (1 M€ investis, 110 kilowatts de capacité) n’est que la première tranche de la centrale thermique à concentration, autrement dit la version moderne du vieux système Thémis, enrichi des matériaux d’aujourd’hui. L’étude de faisabilité est en cours pour un investissement global de 40 M€ et une puissance installée entre 10 et 12 mégawatts.

Dans le même périmètre, Sunergie, société filiale de Tecsol, cherche aussi à traquer le rayonnement solaire pour en faire de l’électricité. Sunergie a injecté 4 M€ et mis au point les quatre premiers prototypes d’héliostats capables de suivre la course du Soleil. Au final, quatre-vingt de ces héliostats seront installés pour fournir une puissance de 600 kilowatts, l’équivalent de la capacité de consommation de 600 foyers.

Dynamique industrielle

Un peu plus loin, la centrale expérimentale imaginée par une filiale d’EDF, Énergies nouvelles, est en voie de terrassement alors que Pégase, l’expérimentation des scientifiques du CNRS du four solaire d’Odeillo, sera ­prochainement opérationnelle. « Aujourd’hui, il existe une vraie dynamique industrielle autour de Thémis. Cette implantation contribue au renforcement du pôle de compétitivité Derbi (Développement des énergies renouvelables pour le bâtiment et l’industrie, NDLR), qui vient d’être reconnu par la direction interministérielle », explique André Joffre, PDG de Tecsol et président de Derbi. Lui-même vient de déposer un dossier pour que Thémis devienne rapidement une plate-forme technologique européenne. « Ainsi, les chercheurs de l’Europe entière pourraient venir ici, faire leurs expériences pendant toute l’année, grâce à l’exceptionnel ensoleillement de la Cerdagne », poursuit-il.

En attendant, le conseil général des Pyrénées-Orientales, propriétaire de cette ancienne « ruine industrielle », devenue nouvel eldorado solaire, peaufine un plan de modernisation du site avec installation de pépinières d’entreprises pour 2010. Le Soleil brille à nouveau, utilement sur Thémis.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !