Liste des auteurs

Entretien réalisé par Paule Masson | L’humanité du 07.07.07

Francine Blanche : « Inventer une autre façon de vivre dans le monde »

lundi 9 juillet 2007 par Paule Masson, Francine blanche
Par Francine Blanche, secrétaire confédérale de la CGT.

Nicolas Sarkozy répète qu’il va appliquer son programme. La CGT n’est d’accord avec aucune des réformes annoncées. L’incapacité de la gauche à porter des alternatives au libéralisme complique-t-elle l’intervention des syndicats ?

Francine Blanche. Les élections sont un moment important, car elles nous disent où en sont les citoyens. La victoire de Nicolas Sarkozy témoigne d’une progression des idées d’individualisme, de repli sur soi, de rejet de l’autre. Mais le plus inquiétant pour moi, c’est effectivement le manque d’alternatives crédibles pour sortir de cette situation. Une réflexion doit absolument s’ouvrir. Peut-on dépasser la société libérale dans laquelle on vit, peut-on inventer autre chose, et quoi ? Faut-il préserver le capitalisme mais dans une forme moins libérale ou faut-il inventer tout autre chose qui amène une réelle transformation sociale ? Nous, à la CGT, nous voulons transformer socialement la société. Nous sommes donc intéressés de voir quelles forces politiques se penchent sur ces questions. Notre syndicat ne fixe pas son calendrier sur celui des échéances électorales. On veut pouvoir être libre de défendre chaque jour les salariés, quel que soit le pouvoir en place. Mais bien évidemment, dans le débat politique, nous ne sommes pas neutres.

Quel type de réflexion vous semblerait importante à mener pour penser la transformation sociale que vous souhaitez ?

Francine Blanche. Dans les contacts que nous avons avec les partis politiques, j’ai souvent l’impression que des questions fondamentales pour nous ne le sont pas pour nos interlocuteurs. Je pense, par exemple, qu’il est impossible de penser la transformation sociale sans se donner l’ambition de donner plus de droits sociaux et économiques aux salariés dans les entreprises, plus de droits aux citoyens dans la ville et le territoire. Porter des propositions qui contribuent à transformer les rapports à l’intérieur de l’entreprise me semble fondamental. Construire un nouveau statut du travail salarié est urgent et indispensable. Pour le moment, cette exigence est inaudible. Autre exemple. Si nous parlons de l’appropriation sociale de moyens de production, est-ce ou non utopique pour les partis qui se disent de la transformation sociale ? Il y a vraiment des réflexions à confronter.

Pensez-vous que le débat électoral a été à la hauteur sur les besoins sociaux ? Sur le SMIC, par exemple, Ségolène Royal a regretté d’avoir défendu l’idée de le porter à 1 500 euros dans cinq ans.

Francine Blanche. Le débat n’est pas du tout à la hauteur des besoins. Les attentes sociales sont immenses. C’est triste de voir que certains dirigeants se servent de vrais problèmes comme d’un alibi électoral. Le SMIC n’est pas un supplément d’âme mais le salaire minimum qui permet de survivre. La vraie question, c’est comment le porter à 1 500 euros tout de suite. Le vrai débat politique doit parler de la redistribution des richesses. La France est-elle un pays assez riche pour fournir un minimum de 1 500 euros à ses citoyens ? Moi, je pense que oui. Mais, pour y parvenir, en plus de la mobilisation syndicale, il faut aussi de la volonté politique. Et là, ce n’est plus le rôle des syndicats.

Reprochez-vous à la gauche un manque de volonté politique ?

Francine Blanche. Il y a un grand besoin de clarification à l’intérieur de la gauche, il existe des façons différentes de concevoir la société. Il n’y a aucune honte à le dire. Les gens n’aiment pas aller dans une incertitude. Dans les entreprises, ils aiment bien qu’on résiste à un plan de licenciements. Mais, très vite, ils nous disent : « Et vous, la CGT, vous proposez quoi ? » Nous sommes dans l’obligation d’amener, avec eux, des propositions crédibles. La situation est similaire pour les partis politiques. Le monde a changé. La force de Sarkozy est de dire que tout a été essayé et qu’il faut adapter la France à la mondialisation telle qu’elle est. Non, il faut changer la mondialisation. Nous pouvons inventer une autre façon de vivre dans le monde.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !