Liste des auteurs

Un article de Juan Navarro publié par Reuters le 05 septembre 2005

Gas Natural offrirait 23 milliards d’euros pour racheter Endesa

lundi 5 septembre 2005

MADRID - Le groupe de distribution gazière Gas Natural lancera une offre non sollicitée sur 100% du capital de la compagnie d’électricité Endesa, en numéraire et en titres, la valorisant à un peu moins de 23 milliards d’euros, apprend-on de sources proches du dossier.

"Un peu plus de la moitié de l’offre sera en titres et le reste en cash", a affirmé une de ces sources sous condition d’anonymat.

Une offre de 23 milliards d’euros représenterait 21,7 euros par action, sur une prime de 16,9% sur le cours de clôture de vendredi et de 13,7% sur le cours d’Endesa lorsque les transactions ont été suspendues aujourd’hui dans l’après-midi.

La source a ajouté que Gas Natural procéderait à une augmentation de capital pour cette opération.

Endesa a réagi en déclarant n’avoir eu aucun contact avec Gaz Natural et qu’une éventuelle opération constituerait une "surprise".

Gas Natural avait par le passé tenté de prendre le contrôle du principal concurrent d’Endesa, Iberdrola, mais le groupe gazier avait dû renoncer à ce projet auquel s’étaient opposé les autorités de régulation.

Endesa et Iberdrola elles-même avaient aussi tenté sans succès une fusion amicale en 2001.

L’an dernier, la presse avait indiqué que la banque catalane La Caixa, qui détient 30% de Gas Natural, souhaitait créer un champion espagnol dans le secteur de l’énergie en favorisant le rapprochement de Gas Natural et d’Endesa, mais aucun accord ne s’était matérialisé.

La Caixa détient aussi 2% d’Endesa après avoir vendu des titres en juillet. Sa participation était auparavant de 5%.

ENJEUX REGIONAUX

L’ancien président de Gas Natural, Antonio Brufau, avait formellement démenti à l’époque qu’un rapprochement était à l’étude. Mais depuis, il est parti diriger le groupe pétrolier Repsol YPF, qui, avec La Caixa, contrôle Gas Natural.

Les analystes s’attendaient toutefois à ce qu’il n’y ait pas d’opération importante de rapprochement dans le secteur de l’électricité avant que ne soit adoptée la nouvelle réglementation en matière de génération. Le processus, en cours, de devrait pas être achevé avant la fin de l’année au plus tôt.

"Le réexamen du secteur est en cours, aussi cela semble-t-il un peu étrange", commentait Victor Peiro, responsable de l’analyse financière à la Caja Madrid.

Il estime toutefois qu’un tel rapprochement peut se concevoir dans la mesure où les compagnies espagnoles d’électricité s’orientent de plus vers les turbines à gaz.

"Gas Natural a beaucoup de gaz à consommer. Avec Endesa, ce serait un moyen de tirer profit de toute la chaîne du gaz et de l’électricité", estime Victor Peiro.

Le précédent gouvernement espagnol du conservateur José Maria Aznar s’était opposé à plusieurs fusions dans le domaine de l’électricité pour des raisons de concurrence. Les observateurs estiment que l’actuel gouvernement socialiste de José Luis Zapatero est plus ouvert à un mouvement de concentration.

Un mariage Gas Natural-Endesa est également un enjeu régional. Gas Natural a son siège à Barcelone, capitale de la Catalogne, dont les leaders politiques souhaitent que Madrid, où est basée Endesa, leur accorde une plus grande autonomie.

Le ministre de l’Industrie José Montilla, qui est responsable du secteur de l’électricité, était le chef du Parti socialiste de Catalogne avant d’entrer au gouvernement en 2004. Il a nommé une femme catalane à la tête de la Commission nationale de l’énergie, autorité de régulation qui aura son mot à dire dans une éventuelle fusion.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !