Liste des auteurs

LEMONDE.FR avec AFP | 05.03.08

Gazprom rétablit ses livraisons de gaz à l’Ukraine

jeudi 6 mars 2008

Dans le bras de fer qui oppose la Russie et l’Ukraine sur la question du gaz depuis plusieurs semaines, un début d’accord semble avoir été trouvé mercredi 5 mars. En signe d’apaisement, le géant russe Gazprom et l’Ukrainien Naftogaz ont annoncé, dans un communiqué conjoint, que Gazprom avait complètement rétabli ses livraisons de gaz à l’Ukraine, tandis que les négociations continuent sur les autres points de désaccord.

"Les limitations des livraisons de gaz pour les consommateurs ukrainiens ont été levées", indiquent Gazprom et Naftogaz."Le transit de gaz russe pour les consommateurs européens via le territoire ukrainien se fait à plein régime", ajoutent les deux sociétés. Ces dernières précisent que "les négociations sur les autres questions de coopération gazière se poursuivront".

Selon le communiqué, Naftogaz s’engage à payer le gaz livré à l’Ukraine entre le 1er janvier et le 1er mars 2008 selon le "schéma" défini au début de l’année. Le porte-parole de Naftogaz, Valentin Zemlianski, interrogé par l’AFP à Kiev, a déclaré que "le volume du gaz importé et consommé entre le début de l’année et le 1er mars s’élève à environ 6 milliards de m3" de gaz, payable à 179,5 dollars les 1 000 m3. Mais le schéma et les conditions de livraison de gaz "seront réglés", assurent les deux groupes sans plus de précision.

INQIÉTUDES DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

Cet accord est intervenu après un échange téléphonique entre les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Viktor Iouchtchenko. Dans la foulée, les patrons de Gazprom, Alexeï Miller, et de Naftogaz, Oleg Doubina, ont trouvé une porte de sortie à la crise. Ces déclarations signalent le passage à un ton plus conciliant après les menaces échangées d’une capitale à l’autre. Gazprom a réduit de moitié ses livraisons de gaz à l’Ukraine en deux étapes lundi et mardi et menaçait d’aller plus loin encore si les pourparlers ne reprenaient pas. Mercredi matin, le groupe a aussi accusé Kiev de vouloir prélever une partie du gaz destiné à ses clients européens (60 millions de mètres cubes par jour), ce qu’a immédiatement démenti la première ministre ukrainienne Ioula Timochenko :"Nous ne pouvons ni ajouter, ni prélever, nous ne faisons que transporter" le gaz russe destiné aux Européens, a-t-elle assuré.

A Bruxelles, où les coupures intervenues lors de la première crise russo-ukrainienne en janvier 2006 ont laissé des traces, la Commission européenne va convoquer, mardi 11 mars, une réunion spéciale de son groupe de coordination sur le gaz pour discuter de cette nouvelle crise.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !