Liste des auteurs

Francine Aizicovici | Le Monde le 12.03.2010

Harcèlement au travail : l’employeur est responsable

vendredi 12 mars 2010 par Francine Aizicovici

Alors que les partenaires sociaux ne parviennent pas à trouver un accord interprofessionnel sur le harcèlement et la violence au travail, la chambre sociale de la Cour de cassation poursuit la construction de la jurisprudence sur ces sujets.

Dans la première affaire, une salariée du Comfort Hôtel Villiers Etoile, appartenant au groupe Les Hôtels de Paris, se dit victime d’une agression de la part de son directeur, survenue en août 2003. Ce dernier contestant les faits, la société lui inflige néanmoins un avertissement, puis le mute dans un autre établissement. Pour autant, l’entreprise refuse de procéder à la déclaration d’accident du travail que demandait la salariée. Cette dernière estime en outre avoir été l’objet de harcèlement moral, des consignes ayant, selon elle, été données au personnel de ne pas lui parler. Elle décide de quitter son poste, prend acte de la rupture de son contrat de travail et saisit la justice pour obtenir la résiliation judiciaire de son contrat aux torts de l’employeur. La cour d’appel de Paris, ayant estimé que l’entreprise avait pris les mesures nécessaires, analyse la rupture comme une démission. A l’inverse, la Cour de cassation condamne l’employeur.

Dans la seconde affaire, une salariée engage la même démarche en mars 2005 après avoir subi le harcèlement moral puis sexuel de la part d’un directeur associé de la société de conseil en organisation Stratorg, au travers de courriers. Dès qu’il a connaissance des faits, l’employeur prend des mesures destinées à permettre à la salariée de poursuivre son activité sereinement. Mais celle-ci considère que l’auteur des faits aurait dû être sanctionné. Elle prend acte de la rupture et saisit la justice. Là encore, la Cour de cassation condamne l’employeur.

Dans ces deux arrêts du 3 février, la Cour de cassation rappelle l’obligation de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des salariés qui incombe à l’entreprise. "L’employeur doit tout faire pour éviter ces dommages (de harcèlement et de violence) et s’il n’y parvient pas, sa responsabilité est engagée, peu importe les mesures qu’il a prises ensuite", explique Hervé Gosselin, conseiller à la chambre sociale de la Cour de cassation. En somme, ces actes n’auraient jamais dû se produire. Les employeurs doivent mettre en place des dispositifs préventifs, en faisant par exemple passer des messages à leurs managers, en contrôlant qu’ils sont bien compris.

Aucune des deux sociétés n’a répondu à nos sollicitations.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !