Liste des auteurs

Alexandra Chaignon | L’Humanité du 14.10.2010

Il faut sauver la médecine du travail

vendredi 15 octobre 2010 par Alexandra Chaignon
Annexée au projet de loi sur les retraites, la réforme de la médecine du travail est toujours aussi contestée.

Le fameux amendement 730, introduit lors de l’examen parlementaire de la réforme des retraites, suscite toujours autant de polémique parmi les syndicats de santé et médecine au travail. Alors que le projet de loi est actuellement discuté au Sénat, les principaux concernés continuent de se battre bec et ongles pour dénoncer la mainmise du patronat sur la médecine du travail. Ainsi, hier, ils se sont rassemblés devant la Chambre haute pour rencontrer les sénateurs et leur demander une nouvelle fois le retrait des articles 25 et 26 du projet de loi. «  C’est une prise de pouvoir des employeurs sur les “emmerdeurs” que sont les médecins du travail  », résument Bernard Salengro, secrétaire national de la CFE-CGC en charge de la santé au travail. Et d’analyser  : «  On est en train de détricoter tout ça pour préparer le terrain aux certificateurs et autres assureurs privés qui veulent investir le marché.  »

«  On est dans la confusion des rôles. Sous prétexte de pousser l’employeur à évaluer les risques et d’assurer la prévention, on met le médecin du travail sous la responsabilité des employeurs  », surenchérit Mireille Chevalier, secrétaire générale du Syndicat national de professionnels de santé au travail. «  On ne peut accepter la remise en cause de la loi Croizat de 1946 et le démantèlement du principe fondateur qui est d’éviter l’altération de l’état de santé du salarié  », poursuit André Causse, médecin du travail CGT.

«  Certes, la commission sociale du Sénat a fait quelques concessions, dont la suppression de l’article 26 qui prévoyait la certification des services de santé au travail ou encore l’instauration d’une alternance de présidence au sein des conseils d’administration des services de santé au travail. Mais cela reste insuffisant  », estime Pierre-Yves Montéléon, responsable CFTC de la branche interentreprises de santé au travail. «  Le texte ne répond absolument pas à la pénurie de médecins du travail, et d’autre part, n’apporte aucune solution au problème des maladies différées comme l’amiante, qui se déclare après soixante ans.  »

Pourtant contestée par l’ensemble des organisations, la réforme de la médecine du travail est en donc bel et bien en train de passer en catimini. Mais bien que le sujet soit noyé dans le débat autour de la réforme des retraites, les défenseurs de la médecine du travail s’accrochent, car il «  en va de la santé des salariés  ». «  Sur le terrain, les salariés auront toujours besoin de nous et il faut que tous aient le même niveau de protection  », insiste Jacques Delon, médecin du travail et délégué FO. «  Qu’on fasse le lien entre pénibilité et retraite, pourquoi pas, mais pas entre médecine du travail et retraite  », conclut Mireille Chevalier. «  La bataille est loin d’être terminée. Et si la loi passe, on se battra pour son abrogation  », prévient Jacques Delon.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !