Liste des auteurs

Un article de Michel Samson paru dans Le Monde daté du 17 aout 2005

Imbroglio social et juridique à l’usine Nestlé de Marseille

mercredi 17 août 2005 par Michel Samson

Depuis quinze mois l’usine Nestlé de production de chocolat, de café soluble et de décaféiné, à Marseille, est le théâtre d’une bataille entre la direction et les salariés. Les dirigeants désirent fermer le site de Saint-Menet et s’opposent à toute reprise de l’outil industriel. Les salariés souhaitent, eux, que la production soit maintenue par Nestlé ou un autre repreneur (Le Monde du 30 juin).

Dernière péripétie judiciaire, le tribunal de grande instance de Marseille a enjoint l’entreprise, le 4 juillet, de remettre le site "en état normal de fonctionnement" . Les salariés ont donc décidé de lever leur grève et ont laissé partir deux camions de produits finis, "en signe de bonne volonté", selon le délégué syndical CGT, Yves Durand. Ils ont décidé également de se présenter chaque jour à leur poste.

Mais la direction ne leur a pas fourni le travail espéré. Elle estime que le jugement du 4 juillet la contraignait seulement à "rétablir le fonctionnement normal du système informatique, la fourniture du gaz, (...) et -à- gérer normalement les matières premières". Elle a remis à la justice "une requête en interprétation" sur le jugement du 4 juillet, qui doit être examinée lundi 22 août.

L’usine flotte donc dans une sorte de vide, ni occupée, ni en grève, ni en marche. Illustration de cette situation, les salariés apprenaient par une lettre de la direction datée du 27 juillet qu’ils étaient en congé... depuis le 1er juillet, tandis que l’auteur de cette missive, le directeur du site, partait officiellement en stage, remplacé par un cadre, seul représentant d’une direction de plus en plus lointaine.

CAMIONS BLOQUÉS

Le calme apparent a été rompu mercredi 10 août : deux camions venus embarquer des palettes de chocolat stockées dans un local réfrigéré, ont été bloqués. La CGT estimait que la direction ne pouvait "vider les stocks de l’usine quand elle ne livre pas la matière première qui permettrait que le site soit en état normal de fonctionnement" .

Après leur visite au ministre délégué à l’emploi, Gérard Larcher, le 27 juillet, les élus demandent au premier ministre, Dominique de Villepin, de faire preuve de "patriotisme économique" . Le meeting de rentrée du secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, doit se tenir chez eux début septembre.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !