Liste des auteurs

Une dépèche AFP et Reuters parue sur lemnde.fr le 23 décembre 2005

Kiev veut un arbitrage international pour régler son différend avec Gazprom

vendredi 23 décembre 2005
L’Ukraine a annoncé, vendredi 23 décembre, qu’elle se préparait à demander à l’Institut d’arbitrage de la Chambre de commerce de Stokholm (AISCC) de trancher dans le différend qui l’oppose à la Russie au sujet de ses fournitures de gaz naturel.

Le premier ministre, Iouri Ekhanourov, a demandé à l’entreprise publique Naftogaz de "réunir tous les éléments nécessaires pour soumettre le dossier à l’arbitrage de Stockholm dans l’éventualité de nouvelles déclarations irresponsables" de la part de Gazprom, précise l’agence Interfax.

L’AISCC se considère comme une cour d’arbitrage internationale et est reconnue comme telle par un certain nombre d’entreprises, même si cette institution n’a pas les pouvoirs et le statut juridique d’un tribunal de plein droit. De fait, l’AISCC agit souvent comme intermédiaire dans les différends d’ordre commercial entre les entreprises, et ses jugements jouissent d’une autorité morale qui les rend contraignants.

L’un des accords contractuels liant les gaziers russe et ukrainien prévoit d’ailleurs qu’en cas de litige les parties saisissent l’AISCC.

COUPURE

A Moscou, plus tôt dans la journée, Gazprom a réitéré sa menace de couper sa fourniture de gaz à l’Ukraine le 1er janvier si un accord sur les prix n’était pas conclu d’ici là.

"S’il n’y a pas de [nouveau] contrat, il n’y aura pas de fourniture", a déclaré Alexander Medvedev, responsable du secteur exportation de Gazprom, lors d’une conférence de presse à Moscou.

L’Ukraine et la Russie sont en conflit depuis des mois du fait de la volonté de Moscou d’élever le prix de ses fournitures de gaz à l’Ukraine pour les aligner sur les prix du marché international.

Des journaux d’informations télévisées diffusés en Russie ont filmé des techniciens de Gazprom montrant à une station de contrôle du gazoduc qu’il leur suffisait d’appuyer sur un bouton pour arrêter la fourniture de gaz à l’Ukraine.

Actuellement, l’Ukraine règle à la Russie le prix du gaz qui lui est fourni selon un système de troc : Moscou donne à Kiev une quantité de gaz qui correspond à la taxe de transit à travers l’Ukraine du gaz fourni par la Russie à ses clients en Europe occidentale sur la base de 50 dollars (42 euros) pour 1 000 mètres cubes de gaz.

Moscou veut un paiement en liquide à un prix plus de quatre fois supérieur au prix du gaz sur le marché ukrainien, soit 220 à 230 dollars pour 1 000 mètres cube.

L’Ukraine, de son côté, accepte le principe d’une augmentation du prix, mais à condition qu’elle soit progressive et étalée sur plusieurs années.

Vendredi soir, le ministre de l’économie ukrainien, Arseni Iatseniuk, a déclaré au gouvernement qu’une augmentation de quatre à cinq fois du prix du gaz équivaudrait à "exercer une pression économique sur le pays".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !