Liste des auteurs

Un article de Rémi Barroux paru dans Le Monde daté du 31 juillet 2005

L’ANPE assure qu’il n’y a eu "aucun changement" dans ses procédures d’entrées-sorties des chômeurs

dimanche 31 juillet 2005 par Rémi Barroux

’annonce, vendredi 29 juillet, d’une baisse de 1,4 % du nombre de demandeurs d’emploi durant le mois de juin a été accueillie par certains avec une satisfaction mesurée, par d’autres avec scepticisme. Le premier ministre, Dominique de Villepin, en visite dans un centre pour personnes âgées isolées à Gagny (Seine-Saint-Denis), a tenu à relativiser ces résultats, en précisant que "beaucoup reste à faire" .

Auparavant, dans un entretien (Le Monde du 30 juillet), le premier secrétaire du PS, François Hollande, avait dénoncé un "traitement statistique" des chiffres et imputé la baisse du taux de chômage aux radiations.

Un argument repris par le syndicat Force ouvrière (FO), qui s’est déclaré "perplexe" sur le décompte officiel, notamment "les modalités de sortie des fichiers de l’ANPE et la multiplication des radiations administratives" .

Le directeur de l’ANPE, Christian Charpy, a jugé ces accusations "totalement infondées" . "La baisse du nombre de chômeurs vient d’une part d’une baisse des inscriptions, d’autre part de sorties plus nombreuses, liées notamment à des absences au contrôle , explique-t-il. Quand aux radiations, en juin, elles sont un peu plus nombreuses qu’en mai ­ 5 000 de plus ­, mais il n’y a eu aucun changement dans les procédures ou les méthodes."

Les statistiques montrent que les "absences au contrôle" sont passées de 124 908 en mai à 163 642 en juin, soit 44,7 % des raisons de sorties de l’ANPE (contre 37,8 % un mois plus tôt).

"Cette différence est considérable, relève un responsable syndical au sein de l’Agence, et elle ressemble à celle qui avait accompagné la nouvelle convention Unedic, en janvier 2004, et les nombreuses radiations qui avaient suivi."

La direction de l’ANPE renvoie sur l’Unedic ­ en charge de la "téléactualisation" de la situation du demandeur d’emploi ­, mais indique qu’il pourrait s’agir de "retours dans l’emploi" . Les statistiques du mois de juin montrent toutefois que les "reprises d’emploi signalées" ont chuté à 81 838, contre 86 545 en mai.

M. Charpy, qui fut le conseiller social de Jean-Pierre Raffarin à Matignon, indique par ailleurs qu’"il faut être très prudent sur les évolutions mensuelles".

"Trois mois ne font pas une tendance , insiste-t-il. Je constate une reprise, avec l’augmentation du nombre d’offres d’emploi, de l’ordre de 5 % à 6 % sur le premier semestre 2005 par rapport au même semestre 2004" .

L’amélioration de la situation sur le front de l’emploi s’explique, selon lui, par les premiers effets du plan de cohésion sociale de Jean-Louis Borloo, la bonne tenue de la situation économique et les conséquences de la loi sur les services à la personne.

Les syndicats, à travers des communiqués, se sont montrés prudents, voire "perplexes" . La CGT a estimé qu’on "est loin d’une tendance réelle à la baisse" . Soulignant que "30 % des entrées au chômage sont des fins de CDD -contrats à durée déterminée- et d’intérim", le syndicat a ajouté que "70 % des offres d’emplois déposées à l’ANPE sont pour des contrats de moins de six mois" .

Pour la CFTC, ces "premiers résultats doivent être consolidés" . La centrale a appelé à "l’accroissement des moyens de l’ANPE" . FO, tout en saluant un "signe d’espoir bienvenu" , a déclaré se méfier de "la magie du chiffre brut" .

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !