Liste des auteurs

Nicolas CORI , Muriel Gremillet | Libération le 26 juin 2007

L’Etat coupe un peu plus le cordon avec France Télécom

mardi 26 juin 2007 par Muriel Gremillet, Nicolas Cori
Finance. Pour se désendetter, Bercy amis en vente 5% du capital de l’opérateur.

Du France Télécom ? D’accord mais pas plus que ça. Les marchés ont fait hier la fine bouche devant les actions de l’opérateur télécom mis en vente dimanche soir par l’Etat. Les banques chargées de l’opération - dont, au premier chef, la Société générale - ont cédé 130 millions d’actions alors qu’il était prévu, en cas de forte demande, d’en vendre 180 millions. Même déception sur le prix. Partant d’un cours de 21 euros vendredi soir, les banques avaient revu leur prétention à la baisse dès l’ouverture de la séance en se fixant une fourchette de 20,4 à 20,7. En fin de journée, l’opération s’est close à 20,4 euros. Au final, c’est quand même 2,65 milliards d’euros qui devraient rentrer dans les caisses de l’Etat. Selon Christine Lagarde, la ministre de l’Economie, ils seront « intégralement » affectés au « désendettement de l’Etat et des administrations publiques ».

Avec cette opération, la part de l’Etat dans l’ex-opérateur national passera de 32,4 % à 27,4 %. Depuis la première ouverture du capital, en octobre 1997, le désengagement est progressif. Ce qui rend la chose moins sensible politiquement. Les syndicats ont bien protesté, mais le cœur n’y était pas. « Christine Lagarde continue la vente des bijoux de famille , a déclaré SUD PTT. L’Etat fait encore une fois la démonstration inquiétante qu’il se désengage de tout projet industriel pour France Télécom, alors qu’il en est encore l’actionnaire principal. »

Les syndicats redoutent surtout une prise de contrôle par des fonds d’investissement. « Qui achètera ? Des actionnaires minoritaires comme le fonds Carlyle vont-ils monter en puissance ? » s’interroge la CGC, qui évoque un « risque d’OPA » . A ce prix, en effet, France Télécom ne vaut pas très cher. A titre de comparaison, l’action avait été introduite en Bourse il y a dix ans à 27,75 euros, alors que l’opérateur pesait trois fois moins, en chiffre d’affaires. Pour l’Etat, France Télécom est une histoire boursière à oublier.


Un tour de passe-passe pour balancer les cadeaux fiscaux

A droite comme à gauche, peu d’experts croient que les 2,6milliards d’euros serviront à éponger la dette.

Opération désendettement. Hier soir s’est achevée la vente par le gouvernement de 5 % du capital de France Télécom. Environ 2,6 milliards d’euros qui sont tombés dans les caisses de l’Etat. Officiellement, cette somme servira à faire baisser la dette publique, un des objectifs ­affichés de Nicolas Sarkozy. D’ailleurs, Christine Lagarde, la ministre de l’Economie, s’est empressée d’expliquer que « le produit de la cession de ces titres sera intégralement affecté au désendettement de l’Etat et des administrations publiques » . Un argument qui fait doucement ricaner les spécialistes des finances publiques, tant à gauche qu’à droite.

Moins sensible. « C’est de l’habillage , explique Michel Sapin, député de l’Indre et chargé des questions économiques au PS. La droite dégrade le budget à coups de cadeaux fiscaux, il faut ensuite compenser ces dépenses supplémentaires par de nouvelles recettes qui ne sont même pas pérennes. » Le PS note aussi que ce sont des actions France Télécom que le gouvernement a décidé de céder. « Evidemment, politiquement, c’est plus dur de vendre de l’EDF, même si le cours est meilleur », poursuit Sapin. La rumeur boursière donnait pourtant l’électricien comme cible, le cours ayant fortement progressé ces dernières semaines. Mais pour l’instant, le gouvernement semble s’en tenir aux opérations moins sensibles politiquement. France Télécom n’est plus un enjeu : l’entreprise est déjà privatisée, alors que l’Etat s’est engagé à ne pas descendre sous la barre des 70 % du capital de l’électricien. Mais même à droite, on a du mal à applaudir cette stratégie supposée de désendettement. Charles-Amédée de Courson, député Nouveau Centre de la Marne, fait partie des champions de l’orthodoxie budgétaire. En 2006, alors sous la bannière UDF, il avait critiqué la politique de cession d’actifs menée à tour de bras par le ministre de l’Economie d’alors, Thierry Breton. Aujourd’hui, la critique est moins virulente. Mais il avance les mêmes objections : « Pour désendetter, comme disait ma grand-mère, il y a deux solutions , note-t-il. Désendetter vraiment, ou vendre des actifs. C’est kif-kif, mais vendre des actifs n’est pas une solution. » Surtout quand ces actifs ont un rendement financier plus élevé que les taux d’intérêts. Grâce à un dividende élevé, le rendement de l’action France Télécom est de près de 6 % alors que l’Etat s’endette à 4,5 %. Pour de Courson, le seul « vrai » moyen de réduire le déficit de l’Etat, c’est « de baisser les dépenses de fonctionnement ». « L’endettement n’est ni bon ni mauvais , poursuit le député de la Marne. Ce qui est en revanche inacceptable, c’est de s’endetter pour financer des dépenses de fonctionnement. »

Astuces comptables. D’ailleurs, les tours de passe-passe budgétaires ne sont pas nouveaux quand il s’agit de présenter des comptes publics conformes aux critères européens. La Cour des comptes a ainsi relevé que, l’an passé, l’Etat a utilisé bon nombre d’astuces comptables pour faire baisser son déficit public. En cédant notamment des actifs (16,3 milliards d’euros en 2006). Et cette politique devrait se poursuivre en 2007. Le gouvernement pourra piocher dans une cassette qui se montait au cours de vendredi soir à 192 milliards d’euros, selon l’Agence des participations de l’Etat (APE). EDF en représente la plus grosse part (avec 125,7 milliards), devant GDF (28,4 milliards), et France Télécom (17,4 milliards). Viennent ensuite Aéroports de Paris (5,6 milliards) et des participations dans Air France, EADS, Renault, Safran et Thales, évaluées entre 1,7 et 4,9 milliards. Tout dépendra de l’ampleur des cadeaux fiscaux qui seront lâchés aux contribuables les plus riches cet été.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !