Liste des auteurs

Célia Chauffour | Le Monde le 11 mai 2007

L’économie polonaise face au défi de l’organisation de l’Euro 2012

vendredi 11 mai 2007 par Célia Chauffour
C ’est le branle-bas de combat en Pologne. Le 18 avril à Cardiff (Pays de Galles), l’Union européenne de football (UEFA) a confié l’organisation de l’Euro 2012 au tandem Pologne-Ukraine. Mais l’exaltation a aujourd’hui déjà fait place à la réflexion.

Constructeurs, autorités locales et gouvernementales, milieu du ballon rond enchaînent les réunions de travail, multiplient les études et revoient leurs calendriers d’investissements. L’organisation du championnat européen de football laisse au pays cinq ans pour construire de nouveaux stades, couler l’asphalte de kilomètres d’autoroutes, moderniser ses voies ferrées, agrandir ses aéroports. Une aubaine et un défi pour la Pologne.

A Varsovie, Rafal Pierzynski, vice-président du Club polonais des infrastructures sportives (PKIS), se dit "optimiste, mais réaliste". "Nous avons bien sûr des doutes : les chantiers sont nombreux, mais tout le monde sait à quel point c’est une chance pour le sport polonais, comme pour le pays."

L’une des priorités est la construction et la modernisation des stades dans les quatre villes qui accueilleront les matches en 2012. Ils sont à bâtir à Gdansk (nord) et Varsovie (est), à moderniser à Wroclaw (sud-ouest) et Poznan (ouest). Pour la capitale, le gouvernement va construire un nouveau stade national, en lieu et place du "stade russe". Un investissement évalué à 1,3 milliard de zlotys (347 millions d’euros).

La ville de Varsovie dépensera 16 milliards de zlotys (4,2 milliards d’euros) d’ici à 2013 pour développer ses infrastructures, confie son porte-parole Tomasz Andreczik. Des travaux herculéens : deux ponts, une seconde ligne de métro, de nouvelles gares et voies ferrées interurbaines. Pour les projets d’investissements déjà confirmés, le financement européen représente plus de 8,1 milliards de zlotys (jusqu’en 2013).

HÉMORRAGIE DÉMOGRAPHIQUE

Près de 1 000 kilomètres d’autoroutes à construire, 10 milliards d’euros de coût, 75 % de cofinancement européen : Andrzej Maciejewski jongle avec des chiffres vertigineux. Porte-parole de la direction générale des routes et autoroutes (GDDKIA), il admet : "Depuis le 18 avril, nous devons revoir nos plans et les insérer dans un calendrier plus serré. Nous devons nous recentrer sur les projets routiers liant les principales villes qui accueilleront les matches en Pologne (Varsovie, Poznan, Gdansk et Wroclaw) et accélérer les chantiers." Du pain bénit pour les entrepreneurs polonais comme Budinex, le groupe de BTP, leader sur son marché intérieur des infrastructures.

Il reste des obstacles majeurs, comme la pénurie de main-d’oeuvre spécialisée. Pour y suppléer, la Pologne improvise au cas par cas. La branche espagnole du groupe Budinex, Agroman, vient d’annoncer qu’elle demanderait à ses employés polonais qui avaient émigré en Espagne il y a quelques mois de revenir...

Le ministère du travail peaufine une nouvelle régulation pour faciliter l’emploi de la main-d’oeuvre étrangère. Alerté par l’hémorragie démographique - plus d’un million de Polonais auraient quitté le pays depuis mai 2004 pour travailler en Angleterre, en Irlande ou en Suède -, le ministère s’oriente vers "une approche plus flexible" de l’emploi des travailleurs de l’Est. Autrement dit la main-d’oeuvre ukrainienne et biélorusse.

Marin Kulinicz, du département émigration, explique qu’"une mesure d’urgence", qui entrera en vigueur en mai, permettra de dispenser de permis de travail pour les contrats ne dépassant pas trois mois sur un semestre. Autre mesure majeure : rabaisser le coût du permis de travail (aujourd’hui de 936 zlotys) à une somme symbolique. Derrière ces "mesures politiques précipitées par l’organisation de l’Euro 2012", la volonté d’"encourager le travail légal" et d’enrayer l’"économie grise" du pays.

Qu’importe, le milieu de la communication se frotte les mains. Des annonceurs et des sponsors sportifs plein les yeux, Szymon Gutkowski, chef de l’agence de publicité DDB à Varsovie, est persuadé que "l’organisation du championnat assurera une bonne promotion du pays". Et un boom du chiffre d’affaires. "Surtout que les Polonais sont très patriotes, ils l’ont prouvé, confie-t-il, ils devraient se ruer sur les produits dérivés pour supporteurs."

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !