Liste des auteurs

Un article de Daniel de la Puente Reuters 06.09.05 | 20:10

L’électricien espagnol Endesa rejette l’OPA de Gas Natural

mardi 6 septembre 2005

BARCELONE - Endesa, premier groupe espagnol de l’électricité, rejette l’offre de 22,55 milliards d’euros présentée par Gas Natural, en la qualifiant d’hostile et en estimant ses modalités "clairement insuffisantes."

L’offre ne reflète en aucune manière la valeur réelle de l’entreprise, a-t-elle déclaré dans un communiqué publié après une réunion de son conseil d’administration.

Celui-ci prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre les intérêts du groupe et de ses actionnaires, indique le document.

Endesa s’interroge également sur la compatibilité du projet avec la réglementation et les dispositions régissant la concurrence, ainsi que sur ses implications quant à la protection des droits des actionnaires minoritaires.

Ce rejet était prévu par les observateurs, bien que Gas Natural se soit déclaré confiant sur les chances de succès de son OPA non sollicitée de 22,55 milliards d’euros.

Une source connaissant bien la logique d’Endesa avait déclaré que l’électricien rejetterait probablement l’offre, à moins qu’il ne doive s’incliner sous la pression politique.

PROPOSITION AUDACIEUSE

A supposer que l’offre finisse malgré tout par aboutir, elle déboucherait sur l’acquisition la plus importante que le pays ait jamais connue.

Particulièrement audacieuse, la proposition du groupe catalan aurait pour effet de redessiner le secteur espagnol de l’énergie et de donner naissance, selon le distributeur et grossiste de gaz, au troisième groupe privé de services collectifs dans le monde.

Avec une capitalisation boursière de 11 milliards d’euros, Gas Natural entend racheter une entreprise pratiquement deux fois plus importante que lui et créer un géant intégrant gaz et électricité qui rassemblerait 31,2 millions de clients.

Le groupe a déjà tenté de racheter le deuxième groupe espagnol de services collectifs, Iberdrola il y a deux ans mais sa tentative avait alors échoué. Cette fois, en revanche, il pourrait bénéficier du soutien du gouvernement.

Il compte d’ores et déjà l’appui du groupe de pétrole et de gaz Repsol YPF, l’un de ses actionnaires de contrôle.

La perspective de la naissance d’un géant national semble avoir davantage la faveur du gouvernement socialiste actuel que de l’équipe conservatrice qui l’a précédé au pouvoir. Cette dernière s’était opposée à plusieurs projets de fusion dans le secteur énergétique espagnol.

Le président de Gas Natural, Salvador Gabarro, s’est déclaré pour sa part confiant de voir Endesa finir par accepter son idée. "Endesa reconnaîtra au bout du compte les bénéfices de l’opération", avait-il assuré au cours d’une conférence de presse à Barcelone avant qu’Endesa ne fasse connaître son refus.

OFFRE MIXTE A 21 EUROS PAR ACTION

L’offre a fait gagner 7,65% à l’action Endesa, qui a clôturé à 20,55 euros après un bond de 11% à la reprise des transactions suite à une suspension de cotations. Gas Natural a perdu en revanche 2,22% à 24,24 euros.

A ce cours, l’offre mixte de Gas Natural, pour un montant total de 21 euros par action Endesa, constitue une prime de 13% environ sur le cours de clôture de vendredi.

Gas Natural propose 0,569 action nouvelle et 7,34 euros en cash pour chaque titre Endesa.

Le directeur général de Gas Natural, Rafael Villaseca, a précisé aux analystes que son groupe règlerait la question d’une éventuelle opposition des autorités de tutelle et antitrust à son projet avec un accord parallèle prévoyant la vente de sept à neuf milliards d’euros d’actifs au concurrent électricien Iberdrola, afin de rassurer les responsables.

UN DOSSIER POLITIQUE

Le projet présente également des ramifications politiques et régionales, Gas Natural étant basé en Catalogne et contrôlé par la caisse d’épargne catalane La Caixa, concurrente de Caja Madrid.

L’opposition de droite a critiqué l’OPA pour ses effets en terme de concurrence. "C’est une opération hautement suspecte. Une fois de plus, l’influence des groupes minoritaires, du gouvernement catalan, est derrière cela", a déclaré le porte-parole du Parti populaire Eduardo Zaplana.

Villaseca a affirmé que son groupe ne relèverait pas son offre et ne modifierait pas la proportion entre cash et titres.

"Il s’agit de notre seule offre, un point c’est tout", a-t-il déclaré.

Le marché considère qu’Iberdrola tirerait son épingle du jeu si l’OPA aboutissait. Gas Natural prévoit déjà de lui vendre la Snet en France, des centrales en Italie et des actifs espagnols dans la distribution de gaz et les centrales au charbon.

L’électricien était jusqu’ici davantage centré sur les énergies renouvelables, comme l’électricité d’origine hydraulique ou éolienne, et son portefeuille s’en trouverait rééquilibré sur le modèle d’Endesa.

L’offre pourrait aussi marquer le début d’une vague de concentration dans un secteur européen de l’électricité et du gaz à la recherche d’économies d’échelle et d’efficacité dans un contexte de concurrence accrue.

Pour les spécialistes du secteur, les groupes français Electricité de France et Gaz de France devraient participer au mouvement, de même que les allemands RWE et E.ON et que l’italien Enel.

E.ON a d’ores et déjà emboîté le pas à Gas Natural en faisant savoir dès lundi soir qu’il envisageait une offre sur le britannique Scottish Power.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !