Liste des auteurs

Jean-Michel Bezat | Le Monde le 30 juin 2007

L’énergie au risque de la concurrence

samedi 30 juin 2007 par Jean-Michel Bezat
Une petite révolution se prépare dans l’indifférence quasi générale : dimanche 1er juillet, Electricité de France (EDF) et Gaz de France (GDF) perdront définitivement leur monopole, et les particuliers pourront choisir d’autres fournisseurs. Personne ne croit pour autant à un "grand soir de l’énergie" qui viendrait bouleverser un secteur où EDF et GDF règnent en maître depuis 1946.

Le nombre réduit de concurrents limite les risques pour les deux opérateurs publics. A ce jour, la Commission de régulation de l’énergie (CRE),le gendarme du secteur, a recensé dix opérateurs énergétiques : seuls EDF, GDF et Poweo feront des offres "duales" gaz-électricité ; Altergaz ne fera que du gaz ; Electrabel (Suez), Direct Energie, Alterna, Proxelia, GEG Source d’Energies et Enercoop ne proposeront que de l’électricité.

Les deux groupes historiques bénéficient d’un avantage jugé exorbitant par leurs concurrents. EDF est le seul à pouvoir proposer des tarifs fixés par l’Etat (et très inférieurs aux prix du marché) pour l’électricité. GDF a le même privilège pour le gaz. Mieux, le groupe d’électricité est assis sur une "pépite" : ses 58 réacteurs nucléaires, qui lui permettent de fournir une électricité à un coût imbattable. Le Conseil de la concurrence lui a demandé, jeudi 28 juin, de partager une partie de cette rente avec les autres fournisseurs pour éviter une trop grande distorsion de concurrence.

RASSURER LES CLIENTS

Tous les fournisseurs s’emploient donc à rassurer les clients, inquiets de la hausse des prix de l’énergie et de l’interdiction de revenir aux tarifs régulés après avoir choisi la liberté tarifaire. La plupart proposent des prix proches du tarif réglementé, mais aussi de l’électricité "verte" fabriquée à partir de sources d’énergies renouvelables (barrages, éolien, solaire, biomasse).

Outre le tarif réglementé, EDF fera une offre "de 10 % à 12 % supérieure au tarif" pour les clients qui n’y auront plus droit après avoir emménagé dans un logement où l’occupant précédent avait choisi le prix du marché. Pour le gaz, l’électricien fera "une offre qui doit être compétitive par rapport à GDF" et son prix sera "autour du tarif de GDF", indique Jean-Pierre Benqué, directeur général adjoint chargé de la branche commerciale d’EDF.

Gaz de France, lui, veut garder ses 7 millions de clients se chauffant au gaz. Il a annoncé qu’il garantira "des prix fixes" de l’électricité et du gaz pendant un, deux ou trois ans à un niveau correspondant au tarif réglementé actuel ; pour le gaz, il sera supérieur d’environ 3 %. GDF a calculé que cela portera une facture annuelle moyenne de 700 euros à 724 euros.

Poweo promet de "garantir des prix toujours inférieurs inférieurs aux tarifs réglementés". Il proposera un forfait annuel où l’énergie non consommée en fin d’année sera remboursée, le surplus de consommation facturé au tarif réglementé et la résiliation du contrat possible à tout moment et sans frais. Il pourra aussi fournir la "Poweo Box", un boîtier fournissant des informations en temps réel sur sa consommation. Au total, promet Poweo, ses tarifs seront de 5 à 10 % inférieurs à ceux d’EDF et de GDF.

PAS DE CAMPAGNE D’INFORMATION

Combien de temps dureront ces offres en apparence alléchantes ? Mystère ! Henri Ducré, directeur commercial de GDF, reconnaît que les termes du renouvellement des contrats au-delà des années à prix garantis restent "à préciser". Pour rassurer les consommateurs, le gouvernement a annoncé mi-juin que le prix du gaz n’augmentera pas "dans les prochains mois". En revanche, il n’a financé aucune campagne d’information en direction des 27 millions de clients électricité et des 11 millions de clients gaz.

Ce flou et cette absence d’information ont incité associations de consommateurs, mouvements politiques et syndicats à se mobiliser contre cette ouverture, et à inciter les particuliers à conserver les tarifs règlementés. L’UFC-Que Choisir juge que "les risques d’augmentations violentes de prix sont bien réels". Et si "sur le très court terme,des offres légèrement inférieures aux tarifs réglementés seront certainement proposées", elles ont pour objectif de "capter de nouveaux clients" mais "n’ont aucune chance de perdurer". L’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) conseille de "garder en tête l’expérience des PME qui, après avoir quitté les tarifs réglementés, ont vu leur facture d’énergie grimper parfois de 60 %". Tous invitent les usagers à être "extrêmement vigilants aux changements de contrats".

Les partisans de l’ouverture des marchés estiment que, même si les prix augmentent, les consommateurs ne sont pas condamnés à payer plus. Les innovations technologiques et un meilleur suivi de la consommation permettront,selon eux, de stabiliser la facture. Le marché ne sera vraiment libéralisé qu’avec la suppression des tarifs régulés, préviennent la CRE et la Commission européenne. Si elles parvenaient à leur fin, on en arriverait à cette situation paradoxale de relever les prix pour permettre la concurrence et non d’ouvrir à la concurrence pour faire baisser les prix.


Sur Internet, des sites pour bien choisir

Plusieurs sites proposent des conseils, voire des mises en garde, sur la fin du monopole d’EDF et de Gaz de France.

www.energie-info.fr La Commission de régulation de l’énergie a conçu le site en liaison avec le médiateur national de l’énergie, la direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes et la direction générale de l’énergie et des matières premières. Il propose trois rubriques : "Mes démarches" (déménagement, résiliation de contrat, changement de fournisseur, demande de raccordement...), "Les offres" (liste des fournisseurs, comment comparer les offres...) et "Mes droits" (démarches à accomplir en cas de réclamation ou de litige, clients en situation de précarité...). Des fiches pratiques, élaborées à partir de travaux menés avec les acteurs de marché, en particulier les associations de consommateurs et les fournisseurs, pourront aussi être téléchargées. Un centre d’appels a été ouvert le 18 juin (0 810 112 212).

www.energie2007.fr La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies propose des questions-réponses, des outils prêts à l’emploi (modèles de lettres de résiliation...) et un forum où les consommateurs peuvent poser des questions et discuter. Elle met à leur disposition un guide de 16 pages (Bien acheter son électricité et son gaz).

www.quechoisir.org L’association UFC-Que Choisir, qui invite les consommateurs à "conserver leurs contrats actuels", donne des informations sur son site. Elle dispose d’un serveur vocal (0 811 881 088). Elle a élaboré un indice des prix de l’électricité et du gaz fondé sur plus de 400 profils de ménages pour suivre l’évolution des prix sur les marchés et un observatoire des pratiques commerciales et des contrats.

www.jechange.fr Déjà présent dans l’ADSL, la téléphonie, la télévision, les assurances et le crédit, ce comparateur de prix propose une aide au changement de prestataires et de fournisseurs.

www.revolution-energetique.com Greenpeace publie le palmarès "Ecolo Watt" des fournisseurs d’électricité classés en fonction de leur offre et de leur respect de l’environnement. Par ailleurs, le WWF propose des outils pour aider le public à trier les offres "vertes" des fournisseurs. Il a présenté un label "Eve" (Electricité Verte Ecologie) distinguant les meilleures offres (origine du courant, efforts des sites de production pour réduire l’impact environnemental).

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !