Liste des auteurs

Un article de Alain Cwiklinski paru dans L’Humanité le 30 novembre 2005

L’ennoyage des mines suscite l’angoisse

mercredi 30 novembre 2005 par Alain Cwiklinski
Lorraine . L’arrêt des pompes effectuant l’évacuation des eaux d’infiltration des galeries du bassin nord de la Lorraine pourrait intervenir le 30 novembre.

Lorraine, correspondant particulier. Comme un arrêté préfectoral le prévoit, l’ensemble des pompes d’exhaure des mines de fer du bassin nord de la Lorraine devraient s’arrêter le 30 novembre, provoquant l’ennoyage de milliers de kilomètres de galeries courant dans le sous-sol. L’eau, ce précieux liquide, pour tout un chacun, risque fort de faire connaître à certains l’angoisse des effondrements miniers. Bernard Boczkowski, président d’une association d’opposants à l’ennoyage, témoigne de l’anxiété qui tenaille les habitants d’Ottange-Nondkeil : « Dans mon quartier, des personnes ne dorment plus. L’eau n’est pas encore là, mais ils entendent déjà leur maison craquer. » Les craintes sont fondées. L’ancien mineur décrit clairement le mille-feuille souterrain qui s’étend sous sa commune : « Comme un sucre dans l’eau, les piliers de soutènement vont fondre alors que les premières galeries ne se trouvent qu’à dix mètres du sol. Ce sera pire que les premiers ennoyages. 258 familles vivent au-dessus de ce gruyère. » La triste expérience de l’ennoyage du bassin sud de la Lorraine demeure dans toutes les mémoires. Moyeuvre, Moutiers, Aubouans, autant de communes qui ont connu, il y a quelques années, des effondrements miniers brutaux. En quelques minutes, des centaines de familles se retrouvaient à la rue perdant ainsi le fruit de dizaines d’années de labeur.

La France joue les apprentis sorciers Colette Goeuriot, présidente du collectif des communes victimes de l’après-mines, aurait aimé que l’État et les exploitants miniers tirent les enseignements de l’ennoyage : « Nous aurons tout fait jusqu’au bout pour repousser et dénoncer cette solution qui s’annonce catastrophique. » La forte mobilisation citoyenne contre l’ennoyage a obligé les autorités préfectorales à reporter par deux fois l’interruption du pompage des eaux d’exhaure et à engager des études complémentaires. Mais cette fois, l’échéance de mercredi prochain semble inéluctable. Le préfet a par ailleurs haussé le ton en demandant que le plan de prévention des risques miniers ayant identifié des zones rouges d’effondrement brutal soit appliqué. Dix-huit familles de la rue de Longwy, à Fontoy, avaient un an pour plier bagage : « En cas d’arrêt du pompage, les études prévoient que la cote d’alerte d’effondrement brutal sera atteinte dès Noël. La preuve que l’autorité préfectorale connaît parfaitement les conséquences de l’ennoyage. Il reste encore sept familles sur place. Le préfet leur a donné trois semaines pour déménager », souligne Colette Goeuriot. Pour la plupart d’entre elles, les délais sont trop courts. Les maisons qu’ils ont entrepris de construire avec l’indemnité que leur a versée l’État ne sont pas achevées. Elles espèrent encore un report de la fin de l’exhaure. Les associations vont, quant à elles, poursuivre leur combat contre l’ennoyage : « Nous allons multiplier les actions. Il est impensable que la France joue encore les apprentis sorciers alors que L’Europe vient d’annoncer qu’elle ouvrait des crédits pour étudier les conséquences économiques, sociales et environnementales de l’après-mines. »

la défaillance des politiques « Nous ne sommes pas seules, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, ou la Pologne tiennent à ce travail. Des experts vont s’atteler à ce dossier. Si on ennoie le bassin nord, ils ne pourront plus accéder aux galeries. Ce serait les priver d’un terrain d’expérimentation gigantesque », insiste la présidente du collectif. L’inéluctable ennoyage ne résulte-t-il pas d’une certaine défaillance des politiques dans la gestion de l’après-mine ? Jean Markun, mineur CGT retraité, en est convaincu : « Depuis 1981, on ne peut pas dire qu’ils ont pris le dossier de la Lorraine à cœur. C’est une faillite totale des hommes et des femmes politiques de ce pays. » L’optimisme reste pourtant de mise pour l’ancien « gueule rouge » : « Le combat contre cet absurde ennoyage continue et les mineurs y mettront tout leur engagement. » Les pouvoirs publics prendront-ils le risque d’interrompre le pompage ? Réponse mercredi prochain.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !