Liste des auteurs

fusion Suez GDF : les analyses et proposition de la CGT

LA CONCURRENCE FRONTALE ENTRE EDF ET SUEZ-GDF

jeudi 2 mars 2006 par Confédération Générale du Travail (CGT)
La fusion Suez - GDF n’est pas la bonne réponse car le remède à l’avalanche d’OPA ne peut pas consister à diluer les participations publiques dans un groupe tentaculaire, dominé par le privé. Cette solution conduit en effet à renforcer la logique de privatisation et de mise en concurrence des opérateurs français.

Qu’adviendrait-il d’EDF et de la mixité entre EDF et GDF dans la distribution d’électricité et de gaz ?

La question se pose à l’évidence et la réponse ne fait guère de doute : ce serait une concurrence frontale entre EDF et GDF, bien loin de l’idyllique « concurrence intelligente » imaginée par le législateur de la loi de 2004 qui a ouvert la boîte de Pandore en décidant de donner aux deux groupes EDF et GDF la possibilité de fournir, chacun de leur côté, tant du gaz que de l’électricité. Tant que GDF était marginalement un fournisseur d’électricité et EDF marginalement un fournisseur de gaz, la théorie pouvait s’appliquer. Avec le nouveau groupe, c’en est fini. Le Président d’EDF en a rapidement déduit qu’il lui fallait, lui aussi, passer à l’offensive sur le plan des acquisitions. Il sera conduit à rechercher un gazier puisque le désavantage d’EDF est précisément du côté du gaz. Un comble quand on sait que l’usager lambda pense toujours qu’EDF et GDF, c’est la même chose !

Plus grave, 60 000 agents d’Electricité Gaz Distribution se retrouvent au milieu de la bagarre, agents « mixtes » d’EDF et GDF, désormais en concurrence frontale. Une situation qui risque bien d’être intenable !

Au total, le projet de fusion pousse donc à la concurrence franco-française sous prétexte de créer un nouveau champion national.

Il n’est pas sûr que ce soit une bonne nouvelle pour les activités gazières actuellement assurées par GDF, dans la mesure où EDF pourrait contre-attaquer avec un autre gazier. Quoiqu’il en soit et dans tous les cas, la logique d’une fusion SUEZ GDF a des conséquences prévisibles importantes : pertes de parts du marché accélérées pour l’une ou l’autre des entreprises, mise en concurrence des concessions, éclatement de la Distribution mixte qui ne pourraient rester en l’état au milieu d’une bataille de « géants ». Comme on le voit, la réaction en chaîne serait violente pour toutes les unités, y compris les unités opérationnelles nationales (comptabilité, serval, informatique, achat, clientèle) et les fonctions centrales d’Electricité et Gaz Distribution, le service commun à EDF et GDF et ses 58 000 agents mixtes. Les risques de casse sont majeurs pour les agents.

En poussant EDF dans les cordes, la situation créée va aussi pousser .... à la privatisation d’EDF. Car pour lutter à armes égales, EDF sera tentée d’utiliser les mêmes armes et de procéder à des opérations qui dilueront la part de capital public.

Pour une opération estampillée du sceau du « patriotisme économique », cela fait beaucoup !

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !