Liste des auteurs

Bruno Odent | L’humanité du 9 mars 2007

La BCE récidive contre l’emploi

vendredi 9 mars 2007 par Bruno Odent
Monnaie . L’institut d’émission européen a relevé hier ses taux pour la septième fois consécutive. Au risque d’étouffer une reprise déjà poussive.

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé hier son principal taux directeur à 3,75 %. C’est la septième fois consécutive que l’institut d’émission de la monnaie unique européenne hausse ainsi ses taux. Au risque de doucher une reprise très fragile dans toute la zone euro.

Jean Claude Trichet a justifié une nouvelle fois la décision en évoquant « la persistance, à terme, de risques inflationistes ». En fait la prévision d’inflation de la BCE, elle-même, est de 1,8 % pour cette année. C’est-à-dire en dessous du niveau de 2 % considéré comme critique par les grands argentiers européens. De plus, de nombreux dirigeants de l’UE, et pas franchement ceux réputés pour leur esprit critique à l’égard du monétarisme de Francfort, comme le président de l’euro-groupe, Jean-Claude Juncker ou la chancelière allemande Angela Merkel, avaient souligné récemment « l’absence de tension sur les prix ». Ce qui constituait une manière de s’inquiéter des conséquences d’un euro trop fort sur l’activité.

Rien n’y a fait. La BCE est restée inflexible. En fait c’est l’émergence d’un débat outre Rhin sur le niveau insuffisant des salaires et l’apparition de revendications (exigeant entre 6 % et 9 % d’augmentation) de la confédération des syndicats allemands (DGB) dans les négociations tarifaires, qui expliquent l’intransigeance manifestée par des grands argentiers, prompts à sortir leur révolver dès qu’ils entendent les mots « hausses de salaires », synonymes, à leurs yeux, d’inflation. La BCE prouve ainsi, au passage, combien elle, qui brandit à la moindre occasion son statut d’indépendance à l’égard du politique, n’hésite pas à s’immiscer très concrètement dans les affaires... politiques et sociales de l’un des membres de l’euro-zone.

Les syndicats germaniques qui ont accepté, durant toute une période, des politiques dites de « modération salariale », sont aujourd’hui poussés par leurs bases - excédées tant les pertes de pouvoir d’achat enregistrées ces dernières années ont été considérables - à se montrer beaucoup plus conséquents. Et le regain de croissance, constaté à la fin du trimestre dernier en Allemagne, comme les profits fabuleux annoncés par les grands groupes fournissent des arguments supplémentaires aux partisans de hausses de salaires dignes de ce nom.

Cette aspiration à de meilleures rémunérations dépasse bien entendu largement les frontières allemandes. Ce qui explique sans doute aussi pourquoi, pour la première fois, la Confédération européenne des syndicats (CES) est sortie mercredi de son habituel mutisme sur la question en contestant ouvertement l’analyse de la BCE. Et d’indiquer dans un communiqué : « L’économie a besoin d’une croissance des salaires plus forte pour soutenir les dépenses des ménages et transformer la reprise à court terme tirée par les exportations et l’investissement en une croissance de long terme qui s’auto-alimente. » « Si la BCE ne comprend pas son erreur et continue de relever ses taux, la reprise à long terme sera menacée », avait même averti John Monks, le président de la CES.

La fuite en avant dans une politique monétaire restrictive risque effectivement de peser très lourd sur la fragile croissance européenne. À l’heure même où les nuages s’accumulent sur la conjoncture internationale avec le net ralentissement observé aux États-Unis. La politique de l’euro fort, dévouée aux places financières et aux grands groupes - qui peuvent ainsi faire plus facilement leurs emplettes (OPA, investissements directs, etc.) sur tous les marchés cotés en dollars -, va peser contre les productions européennes. Qu’importe, forts de leur immunité, les tueurs d’emplois récidivistes de Francfort continuent de sévir. Jusqu’où ?

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !