Liste des auteurs

Anne Michel | Le Monde du 04.06.08.

La CDC, la CNP et Médéric étudient un partenariat pour financer les retraites

jeudi 5 juin 2008 par Anne Michel

La caisse des dépôts et consignations (CDC), l’assureur public CNP et le groupe de protection sociale mutualiste Médéric (qui est dirigé par Guillaume Sarkozy, frère du chef de l’Etat), veulent créer une filiale commune spécialisée dans le financement des retraites.

Leur idée est de compenser l’érosion des taux de remplacement, c’est-à-dire du niveau des pensions versées par les régimes obligatoires, en proposant des solutions de retraite complémentaires aux salariés cadres et non-cadres.

Les discussions autour de la Loi Fillon, prévues cet été, les incitent à aller vite. En 2020, relève un document de travail daté du 16 mai, estampillé confidentiel, les non-cadres subiront une baisse de 5 % du taux de remplacement pour une carrière complète, les cadres de 20 %.

Ce projet de partenariat est discuté entre les états-majors des trois groupes. Il a fait l’objet d’une première présentation au conseil d’administration de la CNP, en avril. Les grandes lignes sont posées : la création d’une "nouvelle entreprise d’assurance", qui proposera "un conseil patrimonial global" aux dirigeants d’entreprises et "un bilan retraite et des services adaptés, en phase d’épargne (...) et au moment de la retraite" aux salariés. L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros en 2019, avec 1 450 salariés.

Les futurs partenaires se fixent "des taux de rentabilité raisonnables sur le long terme". Il leur reste à s’entendre sur leurs participations en capital.

Sur le papier, les trois groupes ne voient que des avantages à leur alliance. Pour la CDC, gestionnaire de régimes de retraites publics, c’est l’occasion de s’affirmer comme un interlocuteur de référence des pouvoirs publics et un pilier du système de retraite. Pour la CNP, premier assureur vie, c’est l’opportunité de développer l’activité. Enfin, Médéric (en cours de fusion avec la société Malakoff) veut accroître sa position dans la protection sociale complémentaire.

Dans les faits, cependant, l’affaire sera délicate à mener. Notamment à la CDC, où toute création de filiale fait craindre la vente à terme de l’activité, comme ce fut le cas, encore en 2004, pour la banque d’investissement CDC Ixis, vendue aux Caisses d’épargne. La "banalisation" du groupe public (qui, via ce projet, rentrerait sur le marché de l’épargne retraite avec des outils de gestion développés dans le cadre de mandats publics) y est source récurrente d’inquiétude. Le statut des personnels sera regardé de près.

Par ailleurs, l’identité du patron de Médéric ne manquera pas de soulever des questions. Récemment interpellés à ce sujet par la commission économique de la CNP, les dirigeants de l’assureur ont affirmé que le projet n’avait rien de politique et que les relations avec Guillaume Sarkozy avaient été engagées bien avant l’élection présidentielle.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !