Liste des auteurs

Paule Masson | L’Humanité du 16 janvier 2007

La CGT appelle les salariés à la rejoindre

mardi 16 janvier 2007 par Paule Masson
Syndicalisation . Pour faire entendre les attentes sociales, la confédération choisit de relancer une campagne d’adhésion.

« Continuer à poser la question du syndicalisme n’est pas contradictoire avec la période électorale ». Au contraire, a développé hier Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, lors d’une conférence de presse, « quel que soit le scénario d’après scrutin, ce qui est sûr, c’est que les salariés français sont trop faiblement syndiqués pour réussir à défendre leur point de vue ». Le syndicat se lance donc dans une campagne de syndicalisation, avec une semaine de campagne publique entre le 22 et le 26 janvier, dans l’optique d’engager une « action durable autour de l’enjeu de faire entendre les attentes sociales et de promouvoir la démocratie sociale », ajoute Daniel Sanchez, responsable de la commission confédérale chargée de la syndicalisation. Dans un contexte capté par le débat électoral, en général peu favorable à de grandes effervescences sociales, la CGT ne cache pas son intention d’attirer ldes salariés sur « cet autre outil que représente le syndicat », et continue de se fixer le cap du million d’adhérents.

Plus facile à dire qu’à faire. Car si la confédération est parvenue à stabiliser ses effectifs autour de 700 000 syndiqués (711 000 en 2004 et 715 000 en 2005) après une longue période de décrue, elle peine à franchir un nouveau seuil de développement. Les quelque 31 000 adhésions recensées en 2006 (38 700 en 2005) permettent juste de combler les départs d’adhérents qui partent en retraite, changent d’emploi sans forcément retrouver un syndicat, etc. Reste que malgré tout, la structure sociologique de la CGT poursuit sa lente évolution. Les salariés du secteur public sont depuis deux ans moins nombreux que ceux bénéficiant d’un contrat privé (52 % - 48 %). La fédération du commerce et des services, secteur qui cumule précarité des emplois et répression, est passé de 22 000 adhérents à 30 000 en quatre ans. Ces résultats sont analysés comme encourageants mais pas suffisant au regard « des attentes et de la confiance à l’égard de la CGT », explique Daniel Sanchez. Appréciée pour la place qu’elle a prise dans la victoire contre le Contrat première embauche, la CGT n’a pas engrangé un nombre d’adhésions en rapport avec cet effort. De même, elle est, dans les enquêtes d’opinion, la confédération qui a la meilleure réputation auprès des salariés, sans que cette sympathie ne lui amène les forces supplémentaires espérées.

Convaincu que « la CGT a des atouts que d’autres n’ont pas », Bernard Thibault demande aujourd’hui à ses équipes de « passer à une dynamique qui se traduit dans les chiffres ». Un volontarisme revendiqué au nom d’un syndicalisme qui doit s’adresser à tout le monde et qui fera de la CGT ce que les adhérents en décident. « Derrière l’objectif de nous tourner davantage vers les salariés, il y a la nécessité de bouger nos pratiques pour mieux coller à ce qu’est le salariat aujourd’hui », insiste Daniel Sanchez.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !