Liste des auteurs

Un article de Fanny Doumayrou paru dans l’Humanité du 22 juin 2005

La CGT mobilise contre le plan Villepin

mercredi 22 juin 2005 par Fanny Doumayrou

Plusieurs milliers de salariés des secteurs public et privé se sont mobilisés hier à l’appel de la CGT pour dire non à la politique de casse sociale menée par le gouvernement. Cette journée nationale interprofessionnelle « pour l’emploi, les salaires, la protection sociale et des services publics » avait été lancée par Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, en réaction au discours de politique générale du nouveau premier ministre de Villepin, le 8 juin dernier, qui avait doublement choqué. Non seulement le gouvernement restait imperturbable face au mécontentement social exprimé par le « non », mais il redoublait d’ardeur en annonçant pour septembre, par ordonnances, de nouvelles mesures favorables aux employeurs et précarisant les salariés, comme le « contrat nouvelle embauche », CDI assorti d’une période d’essai de deux ans.

Riposter sans attendre

Pour la CGT, il fallait riposter immédiatement, mais les autres organisations syndicales ont jugé « prématuré » cet appel, préférant renvoyer la mobilisation à la rentrée. Hier, la CGT, soutenue localement par SUD et la FSU, était donc seule dans l’action.

Avec plusieurs milliers de manifestants à Paris derrière les salariés de la Samaritaine, 10 000 à Marseille autour des Fabio Lucci, 1 200 à Grenoble, 600 à Clermont-Ferrand, 550 à Toulouse, les cortèges des 70 manifestations d’hier étaient moins fournis que lors des dernières journées nationales du 5 février et du 10 mars. Bernard Thibault, présent dans le cortège parisien, a regretté l’absence d’unité syndicale, mais estimé que « notre objectif est atteint : montrer au gouvernement que ses orientations ne correspondent pas aux attentes de la majorité des salariés de notre pays ». « Chacun est face à ses responsabilités », a-t-il lancé, allusion aux autres confédérations syndicales. « On ne pouvait pas laisser passer l’été sans affirmer notre désaccord avec les politiques libérales du gouvernement. La CGT continuera de mobiliser pendant l’été. » Pour Annick Coupé, porte-parole des SUD, également présente à Paris, « il fallait montrer au gouvernement qu’on n’accepte pas son attitude après le référendum. La mobilisation d’aujourd’hui est un signe pour mobiliser à la rentrée ». Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, a dénoncé les « dégraissages que prépare le gouvernement dans la fonction publique », le « pilonnage des droits sociaux dans le privé et le public » et s’est lui aussi inscrit dans la perspective d’une mobilisation unitaire pour la rentrée.

Dans les transports publics urbains, la CGT Transports avait déposé des préavis de grève de 24 heures dans une vingtaine de villes, portant sur l’exigence d’un départ en retraite anticipée, à l’occasion de la séance de négociation sur la pénibilité qui devait se tenir hier soir entre syndicats et patronat. À Lyon, le trafic a été réduit de moitié pour les bus et assuré à 57 % pour les tramways. À Montpellier, le trafic était « fortement perturbé » selon la direction, ainsi qu’à Nancy.

En parallèle, le ministre délégué à l’Emploi Gérard Larcher poursuivait hier ses consultations sur le « contrat nouvelle embauche ». Si les syndicats ont unanimement critiqué ce contrat, certains montrent déjà des signes d’ouverture.

Consultations à Matignon

La CFDT, qui devait être reçue hier soir au ministère, a ainsi demandé un renforcement de l’accompagnement des salariés dont le contrat aurait été rompu pendant les deux ans d’essai, ce qui revient à en accepter le principe. Rémi Jouan, secrétaire national de la CFDT, déclarait dans les Échos d’hier qu’en échange d’une « prime de précarité, convention de reclassement, formation (...), tout ce qu’on peut trouver en magasin pour déprécariser le salarié » et d’une « priorité de réembauche », le syndicat serait prêt à admettre « la neutralisation des règles applicables pour le licenciement économique pendant deux ans ». De même l’UNSA, reçue hier matin, a insisté sur les accompagnements des salariés et s’est félicitée que le ministre se montre prêt à réduire la période d’essai. Lundi, Gérard Larcher avait annoncé que les discussions avec les partenaires sociaux se poursuivraient pendant tout le mois de juillet.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !