Liste des auteurs

Une déclaration de la CGT du 25 février 2006

La Cgt est hostile à l’opération de fusion Suez-Gdf

dimanche 26 février 2006 par Confédération Générale du Travail (CGT)
La fusion Suez-Gdf face à Edf consacrerait la mise en concurrence de deux grandes entreprises nationales de l’électricité et du gaz. C’est un beau gâchis qui se prépare. Que va-t-il demeurer de l’intérêt national et des principes du service public ?

Le Premier Ministre vient d’annoncer la fusion de Gdf et de Suez. Les conseils d’administration des deux entreprises sont convoqués ce soir à 20 h 00. Cette précipitation est en soi inquiétante et laisse mal augurer des choix majeurs arrêtés sans réel débat public.

La menace de l’OPA d’ENEL n’a-t-elle vraiment été brandie que pour accélérer le projet de rapprochement de Suez et de Gaz de France ? Dans les faits une fusion des deux entreprises ne peut aboutir qu’à diluer la propriété publique. La logique de privatisation amorcée avec l’ouverture du capital d’Edf et de Gdf va être dominante dans un secteur pourtant stratégique pour l’emploi, l’industrie et l’indépendance économique.

Les conséquences sociales risque d’être importantes pour les 160 000 salariés de Suez et les 8 000 agents en propre de Gdf ainsi que les 60 000 agents des services communs Edf-Gdf.

La fusion Suez-Gdf face à Edf consacrerait la mise en concurrence de deux grandes entreprises nationales de l’électricité et du gaz. C’est un beau gâchis qui se prépare. Que va-t-il demeurer de l’intérêt national et des principes du service public ? La Cgt est hostile à cette opération et demande que n’ouvre dès lundi un vrai débat qui porte sur les enjeux économiques et financiers de l’avenir du secteur énergétique.

La Cgt refuse de se faire enfermer dans une problématique de réponse au coup par coup, comme cela se dessine avec ce choix de la fusion Suez-Gdf sans que l’ensemble des questions posées soient traitées au niveau européen comme au niveau national.

L’avenir de groupe Suez, doit être assuré tant sur la partie environnement que sur la partie énergétique L’avenir de Gaz de France doit, lui aussi être assuré sans remettre en cause la maîtrise publique associée aux limites à l’ouverture du capital fixées par la loi.

Enfin, la mixité entre Edf et Gdf du service assurant la distribution d’électricité et de gaz doit impérativement être préservée.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !