Liste des auteurs

Article de Jacques Follorou paru dans Le Monde du 29.08.06

La Corse divisée sur la libéralisation des transports aériens et maritimes

mardi 29 août 2006 par Jacques Follorou
Le visage de la Corse pourrait être bouleversé par une petite révolution dans les transports la reliant au continent. "Dans les deux ou trois ans à venir, la réorganisation des transports aérien et maritime peut créer un appel d’air économique sans précédent sur notre île", estime Camille de Rocca-Serra, président (UMP) de l’Assemblée de Corse.

Dans le domaine maritime, le marché, déjà concurrentiel, devrait s’ouvrir encore davantage. La privatisation partielle, fin 2005, de la Société nationale Corse-Méditerranée (SNCM), opérateur maritime historique de la desserte de la liaison Corse-Marseille, désormais gérée par Veolia Transport, a fait bouger les frontières.

Les dirigeants de Veolia Transport ont annoncé que, s’ils consacreraient deux ou trois ans pour redresser la compagnie, ils engageraient, dans un deuxième temps, une phase d’expansion commerciale. Des lignes devraient être ouvertes vers le Maghreb, la Libye, l’Espagne et sans doute l’Italie.

La collectivité territoriale de Corse (CTC), qui examine actuellement les offres pour la desserte subventionnée Corse-Continent, a fait savoir qu’une clause du cahier des charges prévoyait d’encourager ce type d’ouverture.

L’alliance traditionnelle entre la SNCM et la Compagnie méridionale de navigation (CMN), a volé en éclat. La CMN s’est alliée avec Corsica Ferries, concurrent de la SNCM. Mais la CTC refusant d’emblée d’exclure l’une des trois compagnies SNCM, CMN et Corsica Ferries, la concurrence devrait redoubler, pour le plus grand bien des usagers.

Pour Pierre Mattéi, directeur général de Corsica Ferries, l’arrivée de Veolia change la donne : "Un monopole privé sur la liaison Marseille-Corse est plus dangereux qu’un monopole public." Le port de Marseille, qui a perdu des parts de marché au profit de Toulon, devrait retrouver une attractivité en termes de prix et de service.

"Dans deux ou trois ans, ça passe ou ça casse, beaucoup de choses peuvent changer en Corse si on déverrouille l’aérien qui est le coeur du problème", renchérit Raymond Ceccaldi, président de la chambre de commerce et d’industrie de Corse-du-Sud.

Dans deux ans doit avoir lieu la renégociation de la délégation de service public qui assure à Air France et son partenaire, la Compagnie aérienne régionale Corse Méditerranée (CCM), le monopole de la liaison Paris-Orly - Corse, ligne régulière la plus rentable entre l’île et le continent.

Les autorités locales entendent desserrer cet étau. De 1999 à 2005, en Corse-du-Sud, le trafic maritime a augmenté de 53,3 % alors que l’enveloppe publique de "continuité territoriale" baissait de 1,92 %. Pour l’aérien, le nombre de passagers n’a grimpé que de 1,8 % tandis que l’enveloppe publique gagnait 82 %.

L’aide est absorbée par (Air France-> mot 172] et la CCM, qui gèrent aussi les liaisons avec Marseille et Nice. "Ce n’est pas en augmentant l’enveloppe qu’on changera les choses, il faut faire sauter le verrou Paris-Corse", selon M. Ceccaldi. "La CCM, dit-il, c’est la SNCM des mauvaises années, elle bloque le marché et se contente du service public sans répondre à la demande."

"TAXES PROHIBITIVES"

"Le système actuel est archaïque et malthusien", ajoute M. Rocca-Serra. Il faut, selon lui, "restructurer la CCM, renégocier le partenariat avec Air France, ouvrir des lignes internationales et créer des filiales charters".

La Corse est, de plus, l’une des rares îles de la Méditerranée à ne pas être desservie par les compagnies aériennes à bas coûts de type Easyjet ou Ryanair. "La CTC impose des taxes prohibitives sur tous les aéroports corses, 9 euros par billet aller-retour, ce qui est trop cher si l’on veut venir toute l’année", explique Matthieu Glasson, directeur ventes et marketing France de Ryanair.

Easyjet dénonce, pour sa part, le monopole d’Air France sur Orly. "La continuité territoriale s’arrête à Marseille et non à Paris, nous pouvons fournir un meilleur service sans subvention à partir d’Orly pour 70 euros."

Pour sa défense, le PDG de la CCM, Philippe Ceccaldi, affirme que "les low cost veulent écrémer le trafic passager en été mais ne veulent pas assumer les obligations de service public le reste de l’année".

"La concurrence totale sur Paris tuerait la compagnie, plaide-t-il, car la CCM, qui compte près de 700 salariés, n’a pas les moyens de résister ; de plus, on veut libéraliser avant de savoir si on pourra accueillir ces nouveaux clients sur l’île."

Réserves partagées par Antoine Sindali, président de l’Office des transports, qui reconnaît que "l’on ne peut pas tout attendre du service public", mais s’empresse d’avertir qu’il "rendrait son tablier si on bradait l’emploi sur l’île au nom d’un libéralisme que toute la Corse ne partage pas".

Cette opposition entre exigence économique et sociale est refusée par M. de Rocca-Serra qui considère que "la CCM ou la SNCM ont pour fonction principale de transporter les usagers ; la création d’emplois se fera dans l’hébergement et la restauration, la Corse est loin d’être saturée".

"La réforme de l’aérien doit permettre de passer, insiste-t-il, d’une saison de deux à six ou huit mois en diminuant les coûts et sans casser l’emploi local."

"Les experts savent, détaille Raymond Ceccaldi, de la CCI d’Ajaccio, que l’avenir est au séjour court, or aujourd’hui cela est impossible. Nous tablons sur un doublement du trafic aérien en quinze ans. La Corse peut saisir sa chance et en bénéficier."


CHIFFRES

COMPAGNIE CORSE-MÉDITERRANÉE (CCM) : Créée en 1989, la CCM emploie 700 salariés dont 150 pour la seule maintenance des avions. Selon cette société, qui dispose de dix appareils, 1,5 million de passagers sont transportés chaque année.

LA SOCIÉTÉ NATIONALE MARITIME CORSE-MÉDITERRANÉE (SNCM) : Privatisée le 29 mai, la SNCM est gérée par Veolia Transport. Elle emploie 2 400 personnes et possède dix navires. Avec 1 million de passagers pour 2005, elle est le second transporteur après Corsica Ferries.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !