Liste des auteurs

Christelle Chabaud | L’Humanité du 25.03.2008

La Fnac, Tati et Le Printemps s’invitent dans la grève

mercredi 26 mars 2008 par Christelle Chabaud
Commerce . Nouveau mouvement pour les salaires dans la grande distribution après le succès de celui du début février.

Parmi les 630 000 salariés de la branche, la colère est toujours là. Samedi, à l’appel national de la CGT et de la CFDT, la grande distribution a connu le deuxième mouvement intersyndical de son histoire. Au coeur des revendications bien sûr, encore et toujours les salaires et les conditions de travail. Car côté patronal, « l’électrochoc de la dignité pour leurs salariés se fait attendre », explique une employée d’Auchan. De Lille à Montpellier, de Bordeaux à Strasbourg, à l’instar de la journée d’action du 1er février, la gronde des caissières a de nouveau traversé la France. Et si, cette fois, le taux général de grévistes n’a pas atteint la barre des 4,5 % atteinte la dernière fois, c’est avant tout parce que FO - premier syndicat du secteur - s’est retiré, s’estimant satisfait des négociations obligatoires annuelles qui ont eu lieu dans quelques enseignes.

une dégradation de la vie de mamans

Dès vendredi, plus de 300 salariés du Printemps ont ouvert le feu des revendications avec une manifestation devant leur magasin, boulevard Haussmann. « On est toutes au SMIC, alors on ne peut pas se payer de logement à Paris. On habite dans la deuxième ou troisième couronne, le soir certaines d’entre nous mettent plus d’une heure et demie pour rentrer chez elles », s’indigne Marcelle Rohr, déléguée CFDT. Et c’est là que le bât finit de blesser car, depuis peu, la direction du grand magasin parisien veut reporter d’une heure l’horaire de fermeture quotidienne, de 19 heures à 20 heures, et s’aligner ainsi sur les enseignes voisines concurrentes. Pas question, répond l’intersyndicale CGT-CFTC-CFDT-FO-SAPP, qui y voit « une nouvelle dégradation de la vie de mamans déjà précarisées ». Toute l’après-midi, le cortège s’est donc invité dans les trois magasins de l’enseigne ainsi que dans le magasin de sport Citadium, qui appartient au même groupe, aux cris de « Non au 20 heures » et « Les enfants au lit à huit heures et demie ».

Mais c’est surtout à partir du lendemain, samedi, que la grève nationale a été largement ressentie, de Champion à Carrefour ou Intermarché. Dans les Monoprix, cinq magasins parisiens ont connu des arrêts de travail. Des rassemblements interenseignes, de plusieurs centaines de personnes, ont eu lieu à Saint-Nazaire, Toulouse et Grenoble. Dans les magasins d’habillement à bas prix Tati, la CGT avait aussi appelé à des débrayages pour le week-end pascal. Boulevard Barbès à Paris, près de 100 salariés ont fait signer à « 756 clients » une pétition pour obtenir « 100 euros d’augmentation générale » et « un salaire minimum à 1 500 euros brut par mois ».

contre Le manque d’effectif

Enfin dans les Fnac, la grève a mobilisé pour des augmentations salariales et contre « l’hémorragie des effectifs » dans une trentaine de magasins du groupe, en écho à la grève parisienne de la semaine dernière. Sur l’air de « mon job n’est plus pérenne, c’est la faute à Olivennes » [nom du PDG de la Fnac -N.D.L.R.] et « j’ai le moral à zéro, c’est la faute à Pinault » [PDG de PPR, propriétaire de la Fnac], les salariés ont distribué des tracts aux clients. Une nouvelle séance de négociation est prévue mercredi mais « la direction ne semble pas prête à lâcher quoi que ce soit, elle ne propose qu’une enveloppe de 1,5 % d’augmentation au mérite et pas d’augmentation générale », a déploré André Chapuis, délégué central CGT. Près de 18 % des 430 employés administratifs touchés par le plan social présenté en avril 2007 restent par ailleurs à reclasser avant juillet. Christelle Chabaud

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !